Le « capo » des ultras niçois interdit de stade après les chants moquant Emiliano Sala

Le « capo » des ultras niçois s'est vu interdire de stade par l'OGCN. (A. Martin/L'Équipe)

Trois jours après les chants moquant Emiliano Sala entonnés par les ultras niçois à l'Allianz Riviera, l'OGCN a publié un nouveau communiqué, ce vendredi, prônant « la tolérance 0 ». Le premier coupable désigné, le « capo » de la Brigade Sud, a été interdit de stade.

Sa réaction était attendue depuis les événements de mercredi. Si son club avait immédiatement réagi, dès mercredi soir, après le match remporté face à Saint-Étienne (4-2), Jean-Pierre Rivère ne s'était toujours pas exprimé sur les chants moquant Emiliano Sala entonnés par les ultras niçois pendant la rencontre. Ce vendredi, le dirigeant est enfin sorti de son silence dans un nouveau communiqué délivrant « un message de tolérance 0 vis-à-vis de cette provocation contraire (aux) valeurs » de l'OGCN, menacé de sanctions pour la saison prochaine.

L'OGC Nice dans son communiqué.

« Nous avons immédiatement marqué notre indignation, et un sentiment de honte a envahi chacun d'entre nous. »

« Nous sommes atterrés par les paroles chantées mercredi soir. Nous avons immédiatement marqué notre indignation, et un sentiment de honte a envahi chacun d'entre nous. Un tel acte est injustifiable », a-t-il d'abord rappelé, avant de revenir sur les incidents survenus en août contre l'OM et les premières mesures prises en conséquence.

lire aussi

Les ultras niçois répondent à la polémique

« Notre rôle est de sanctionner ceux qui portent atteinte à l'OGC Nice, à son public et à son image », a poursuivi le président, annonçant une première sanction individuelle à l'encontre du « capo » de la Brigade Sud, qui s'est vu signifier « une interdiction commerciale de stade » qui prendra effet « dès ce week-end ». L'individu en question ne pourra donc pas assister à la réception de Lille, samedi (21 heures).

Un hommage souhaité à la 9e minute

Mais d'autres sanctions pourraient suivre. « Ce travail en profondeur se poursuivra dans les prochains jours, notamment au fil de l'instruction menée par nos services et les autorités suite aux plaintes déposées », a complété Rivère, lequel a aussi encouragé le public niçois à rendre hommage à l'ancien attaquant nantais, décédé tragiquement en 2019, à la 9e minute du match face au LOSC. Comme les supporters des Canaris le font régulièrement, en référence au numéro 9 que portait l'Argentin.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles