Carlos Alcaraz écarte Stefanos Tsitsipas à Barcelone

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Au terme d'une journée de tennis intense et archi pleine ce vendredi à Barcelone, Carlos Alcaraz et Stefanos Tsitsipas ont offert un spectacle grandiose, conclu par la victoire du jeune prodige espagnole sur le n°5 mondial en trois sets (6-4, 5-7, 6-2).

On le sait depuis un moment déjà, tant cela est flagrant et ne fait désormais plus aucun doute : Carlos Alcaraz est appelé à un destin sommital dans le tennis mondial. À bientôt 19 ans, l'Andalou est tout simplement doué pour ce jeu.

Vendredi soir, dans une sorte d'apothéose à Barcelone, au terme d'une journée invraisemblable et une kyrielle de matches programmés à la volée pour rattraper le temps perdu et chasser la pluie tombée dru la veille, l'Espagnol a dominé pour la troisième fois en trois confrontations le n°5 mondial, Stefanos Tsitsipas, en trois sets (6-4, 5-7, 6-2), au terme d'un match colossal, parfois ébouriffant, à d'autres moments tout simplement iréel.

Durant une heure, le tennis produit par Alcaraz, opposé pourtant à ce qui se fait de mieux sans doute sur terre battue actuellement (en l'absence de Rafael Nadal), avait quelque chose de prodigieux.

Dans sa capacité à agresser, ses aptitudes à renverser une situation défensive pour contrattaquer en un coup de raquette, son audace et sa qualité de toucher sur les amorties, notamment en chip de coup droit, ce qu'il n'avait pas montré la semaine dernière à Monte Carlo, Carlos Alcaraz a élevé le jeu au rang de grand art durant une heure.

lire aussi

Le tableau de l'ATP 500 de Barcelone

Et il fallait s'appeler Stefanos Tsitsipas, tout frais vainqueur à Monte-Carlo et fin joueur sur terre, pour relever le défi. Avec 14 coups gagnants à 5 à la fin du premier set, le n°11 mondial était alors sur une autre planète. Et l'on crut bien qu'il n'en descendrait jamais quand il mena 4-1, double break, dans le deuxième set, que les « Carlos, Carlos », descendaient des tribunes de la pista central Rafael Nadal, où le peuple était en transe et debout.

Mais voilà, le jeune espagnol a encore 18 ans pour quelques jours et Stefanos Tsitsipas a, lui, le cuir un peu plus racorni. Et à l'instant de conclure un match qu'il avait jusqu'ici joué comme dans un rêve, le protégé de Juan Carlos Ferrero s'est, logiquement un peu tendu. Quelques mauvais choix, un chouia plus de fautes et surtout un Grec, revenu de nulle part la semaine dernière en quart de finale face à Diego Schwartzman (0-4 balle de 0-5 dans le troisième set), qui avait le remède en poche.

La pause toilettes bénéfique pour Alcaraz

Avec un retour de service bien plus agressif sur le deuxième service notamment, une prise de balle plus précoce, le finaliste de Roland-Garros 2021 se sortait des cordes et Alcaraz se grattait la tête, perdait cinq jeux de suite et cédait la manche sur une faute en coup droit.

On se disait que le minot allait pétouiller à l'approche du set décisif. À l'inverse, il utilisa les ficelles du Grec, s'octroya une pause toilettes confortable et coupa net les jambes et le rythme de Tsitsipas. Le Grec partait à la faute en coup droit, puis en revers, pour céder sa mise en jeu d'entrée.

10

Carlos Alcaraz fera son entrée dans le top 10 ce lundi.

Décontenancé, il pliait encore à 2-0, sur un coup droit long de ligne stratosphérique d'Alcaraz ! Avec, à nouveau, un double break de retard, Tsitsipas, acculé, décidait, étrangement, de filer aux toilettes au changement de côté. Il y restait évidemment plus longtemps que le temps imparti sur un changement de côté et écopait de deux points de pénalités pour se retrouver très vite à 4-0.

Cette fois, Alcaraz, n'allait pas flancher. Il sauvait deux balles de débreak à 4-1, concluait sa mise en jeu sur deux revers claqués comme des gifles, l'un croisé, l'autre long de ligne, avant de terminer le match sur un service gagnant. Après avoir dominé Tsitspas deux fois sur dur, Alcaraz venait de dompter le Grec sur l'ocre, son terrain, et s'offrir une vingtième victoire, déjà, cette saison. En demi-finales, il défiera l'Australien Alex De Minaur, tandis que l'autre affiche du dernier carré opposera Pablo Carreño Busta à Diego Schwartzman.

lire aussi

Toute l'actualité du tennis

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles