Carlos Verona (Movistar) : « Je pensais que jamais ça allait être possible »

Carlos Verona a remporté sa première étape en onze ans. (B. Papon/L'Équipe)

Après onze années chez les professionnels, l'Espagnol Carlos Verona (Movistar) s'est imposé en solitaire ce samedi à Vaujany pour la première fois de sa carrière. Il commençait à désespérer.

« Qu'est-ce que ça fait de gagner pour la première fois au bout de onze ans de carrière ?
C'est une joie indescriptible. Je pensais que jamais ça allait être possible. Aujourd'hui, j'avais l'opportunité de jouer ma carte personnelle. Lorsque je me suis retrouvé devant dans l'échappée, puis à deux dans le final avec Elissonde, je me suis dit que ça ne pouvait pas m'échapper. Je suis vraiment heureux pour moi mais aussi pour l'équipe qui a besoin de victoires.

lire aussi

Primoz Roglic prend le maillot jaune, Carlos Verona s'offre la 7e étape du Dauphiné

Votre parcours est atypique. Comment se retrouve-t-on à 21 ans à côtoyer un jour Tom Boonen chez Omega-Quick Step en ayant simplement couru avec la modeste équipe espagnole Burgos ?
C'est un peu la chance. J'avais fait un bon résultat sur le Tour de Savoie chez les Espoirs. Un assistant de Patrick Lefévère, Johan Molly, est alors venu me voir. Il m'a proposé de rejoindre les professionnels de Quick Step lors d'un stage d'hiver à Calpe. Peu de temps après, Patrick Lefevere me faisait une proposition pour signer mon premier contrat au sein de l'équipe World. J'y suis resté quatre ans.

Ce n'est que dans les deux cent derniers mètres que j'ai apprécié la situation car c'était particulièrement stressant.

Qu'est ce qui s'est passé dans votre tête lorsque vous avez appris que Primoz Roglic revenait sur vous comme une fusée dans les derniers kilomètres ?
J'ai surtout essayé de rester concentré et ne pas paniquer. Il fallait juste essayer de faire au mieux. Je savais qu'il fallait que j'attaque au pied de la dernière ascension et finir seul. J'ai essayé également de maintenir une fréquence de pédalage régulière et ne pas me mettre dans le rouge. Ce n'est que dans les deux cent derniers mètres que j'ai apprécié la situation car c'était particulièrement stressant.

voir aussi

Primoz Roglic, après la 7e étape du Dauphiné : « Important de retrouver mon niveau »

C'est une victoire particulièrement importante pour votre équipe Movistar ? Effectivement car c'est seulement la sixième victoire de l'équipe depuis le début de la saison et tous les points valent très chers cette année. On traverse une période difficile et je pense que c'est aussi à des coureurs comme nous, souvent simples équipiers, de venir apporter notre pierre à l'édifice. Désormais, il ne va pas falloir se louper sur le Tour. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles