Carnet de bord « Mon premier Tour » avec Matis Louvel (Arkéa-Samsic) : « Il y a trente ou quarante mecs au-dessus du lot »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Matis Louvel avant le Tour de France. (B. Papon/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Chaque jour et à tour de rôle, trois néophytes, Matis Louvel (Arkéa-Samsic), Luca Mozzato (B & B Hôtels-KTM) et Kévin Geniets (Groupama-FDJ) nous entraînent à la découverte de leur premier Tour de France.

« Ces derniers jours, je suis moins dans mon domaine. C'est un peu plus dur tous les jours. Lors de l'étape de Megève, l'échappée a encore mis cinquante bornes avant de sortir et ça roulait super vite. Je découvre aussi la très haute montagne sur le Tour. Lors de l'étape du Granon, l'équipe Jumbo a décidé de durcir la course dès le col du Télégraphe et la journée a été particulièrement longue. Ce n'était pas simple du tout On avait décidé de lancer Warren (Barguil) devant pour essayer d'aller chercher l'étape.

lire aussi

Le numéro inachevé de Warren Barguil

Il y avait le plan Nairo (Quintana) pour jouer le général. Malheureusement, dans le Télégraphe on a un peu tous sauté. Au final, on s'en sort très bien et c'était plutôt une journée pour Arkéa-Samsic. Il reste encore de grosses journées à passer, mais le peloton est bien fatigué. On voit que ça lâche très vite dans les cols et le gruppetto se forme relativement tôt. Il y a trente ou quarante mecs au-dessus du lot. Pendant ces étapes de montagne, on ne capte pas toujours tout dans les oreillettes. Ce n'est pas toujours simple d'obtenir des informations. »

lire aussi

« Les jambes commencent à piquer un peu »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles