Caroline Garcia, qualifiée pour le 3e tour : « Pas toujours satisfaite de mon tennis »

Caroline Garcia, qualifiée pour le 3e tour de l'Open d'Australie. (Rob Prange/AFP7/Presse Sports)

Après sa victoire au deuxième tour contre la Canadienne Leylah Fernandez jeudi (7-6, 7-5), Caroline Garcia estimait bien s'en sortir, avec un match en deux sets et des sensations améliorables.

« Avec quelles impressions sortez-vous du court, après cette victoire contre Leylah Fernandez jeudi (7-6, 7-5) ?
C'était un bon défi, un bon test, et je suis très heureuse d'avoir conclu ce match en deux sets contre Leylah. C'était un scénario serré. S'en sortir comme ça, c'est vraiment bien, parce qu'à la fin du premier, quand je me suis assise, je me suis quand même dit qu'on était à la limite du hold-up. J'ai réussi une bonne remontée et c'était vraiment important de le gagner.

lire aussi : Le tableau féminin de l'Open d'Australie

Vous vous souvenez des excellents points que vous réussissez, à partir du moment où vous étiez menée 5-2 au tie-break du premier set ?
Je ne me souviens pas de beaucoup de points, mais je me souviens de ma balle de set (un ace). Jusque-là ça avait été dur. Sur ses jeux de service, je ne faisais rien ou presque. Sur les miens, je luttais à chaque fois. À 5-2 pour elle, je suis arrivée à être plus détendue et à jouer mon meilleur tennis. C'était essentiel pour la confiance, bien sûr.

Tout n'a pas été parfait dans ce deuxième tour ; en revanche, vous avez remarquablement bien servi sur les balles de break et très bien géré les moments clés...
Oui, je suis très contente de la façon dont je me suis battue. J'ai été capable de rester positive. Je n'étais pas toujours satisfaite de mon tennis, mais je suis très heureuse de la façon dont j'ai essayé de trouver une solution. Et quand j'étais malmenée, j'ai réussi à aller vers l'avant, à prendre le contrôle des points et aller chercher le truc. Je dois continuer à travailler ces choses-là pour être encore plus à l'aise. »

lire aussi : Toute l'actu de l'Open d'Australie