Caroline Garcia qualifiée pour les demi-finales du Masters après sa victoire face à Daria Kasatkina

Caroline Garcia rejoint les demies du Masters. (R. Prange/AFP7//Presse Sports)

Grâce à sa victoire au forceps contre Daria Kasatkina (4-6, 6-1, 7-6 [5]), samedi à Fort Worth, Caroline Garcia s'est qualifiée pour les demi-finales du Masters. La Française défiera dimanche (22h30, heure française) la Grecque Maria Sakkari, invaincue au Texas.

Ce fut pénible, pas toujours brillant et peu importe, finalement. Au bout de la souffrance et cinq ans après, la revoilà dans le dernier carré du Masters. Cette fois, Caroline Garcia n'est pas sur un nuage, portée de Wuhan à Singapour par une tournée asiatique magistrale. Au Texas et à 29 ans, la Française est à sa place, celle d'une joueuse enfin libérée des interrogations autour de son jeu et des pensées parasites qui les accompagnaient.

Prête, dit-elle, à aller chercher « quelque chose de grand », d'abord à Fort Worth puis, vite elle l'espère, ailleurs, encore plus haut. Son positionnement extrême au retour, ses prises de risque permanentes et ses approches au filet par pelletées, aujourd'hui, la Lyonnaise les assume et les revendique, balayant d'un revers de la main les critiques qui, longtemps, l'ont déstabilisée et poussée à se renier.


Une tempête d'émotions intérieures

Alors samedi, face à Daria Kasatkina (4-6, 6-1, 7-6 [5] en 2h27), au coeur d'une tempête d'émotions intérieures qui a plus d'une fois failli l'emporter, Garcia s'est accrochée à la certitude que son salut passerait par l'agressivité, celle-là même qui lui avait permis de grimper, au coeur de l'été de la renaissance, de la 78e à la 6e place mondiale, notamment en remportant le WTA 1000 de Cincinnati et en atteignant sa première demi-finale de Grand Chelem à l'US Open.


lire aussi

Garcia : « Ça me prouve que ce style fonctionne »

Après une heure jouée la tête à l'envers et la mâchoire serrée, à caguer un coup droit sur deux, à dévisser des volées de seconde série et à tendre le bâton pour se faire battre en perdant quatorze des seize derniers points du premier set alors qu'elle menait 4-2, balle de 5-2, « Caro » a soudainement retrouvé de son mordant. Après avoir donné, beaucoup, elle a puni, lourdement. Et Kasatkina a perdu pied.

Acculée, incapable de répondre à la puissance de son adversaire, la Russe de 25 ans s'est, à son tour, tendue. C'était la banane, jetée de frustration lors d'un changement de côté, pour Garcia, ce fut la raquette pour « Dasha », battue sur quinze des dix-huit derniers points d'une deuxième manche à sens unique.


lire aussi

Kasatkina, debout face à Poutine

Déjà marqué par quelques hauts et beaucoup de bas, le match a pris une dimension psychologique encore plus forte dans le set décisif. Garcia a continué à faire les points et les fautes. Par deux fois, elle a chipé l'engagement de Kasatkina, d'entrée puis à 2-2, mais par deux fois, elle a été reprise dans la foulée. Le chassé-croisé s'est poursuivi et le bras de fer est devenu épique à 4-4, un jeu de plus de treize minutes à neuf égalités.

A 40-15 sur son engagement, la Russe a commis deux doubles fautes consécutives avant que la Française ne réussisse un lob de revers splendide pour se procurer une première balle de break. La 8e mondiale l'a sauvée d'un passing de revers non moins grandiose. Sur ses deux occasions suivantes, Garcia a tenté des retours « 50-50 » qui lui ont échappé. Au total, la Lyonnaise manquera par six fois l'occasion de servir pour le match.

Tout s'est finalement joué au tie-break. Kasatkina a été la première à frapper (2-1, mini-break), mais Garcia a immédiatement réagi pour mener 5-3 puis 6-4. A deux points de l'élimination à 5-4, 30A, quelques minutes plus tôt, la 6e mondiale a terminé le travail au bout d'un interminable échange de trente frappes conclu au filet. Cela méritait bien une longue étreinte avec son clan.

« C'était un match fou. Même si ce n'était pas toujours du très bon tennis, je me suis battue jusqu'au bout », s'est réjouie Garcia qui affrontera la Grecque Maria Sakkari en demi-finales dimanche (pas avant 22h30, heure française).


lire aussi

Les résultats du Masters féminin