Caroline Garcia, qualifiée pour les quarts de l'US Open : « J'ai réussi à rester positive »

Caroline Garcia est en quarts de finale à New York. (G. Burke/Usa today sports)

Crispée en début de match, Caroline Garcia n'a pas paniqué et a réussi à retrouver son jeu à mesure que la rencontre avançait face à Alison Riske (6-4, 6-1), dimanche en huitièmes de finale de l'US Open.

« Vous sembliez crispée en début de partie. Comment avez-vous réussi à dépasser cette tension initiale ?
C'était un vrai challenge d'essayer de trouver une solution à son style de jeu qui ne m'a pas trop réussi par le passé. Réussir à mettre mon jeu en place. Il y avait un peu de tension au début, gérer le fait de ne pas bien jouer, de ne pas bien se sentir. J'ai réussi à rester calme. Petit à petit, les choses se sont améliorées, j'ai mieux bougé, mieux frappé et ça a vraiment progressé au fil du match.

lire aussi

Garcia fonce en quarts de finale de l'US Open

C'est le fait de ne l'avoir jamais battue en trois confrontations qui a provoqué cet état de stress ?
Je ne sais pas pour quelle raison exactement. Parfois, tu es tendue au premier tour, parfois au deuxième... Il y a des passages dans les matches où il y a plus de tension. C'est vrai que mon début de match ne m'a pas vraiment aidée à me relâcher (sourire). Ça fait partie des différents scénarios, il faut les accepter.

« Je sais que ça partait de là, être plus légère sur mes jambes, plus dynamique, continuer à aller chercher la balle tôt et accélérer ma tête de raquette »

Que vous disiez-vous pour ne pas vous laisser submerger par cette tension ?
Le but c'est toujours d'essayer de bouger au maximum, d'être de plus en plus active sur mes jambes, même si parfois la tension fait que tu n'arrives plus à bouger tes jambes. Je sais que ça partait de là, être plus légère sur mes jambes, plus dynamique, continuer à aller chercher la balle tôt et accélérer ma tête de raquette. Ce sont des choses qui ne coulent pas spécialement de source quand tu es tendue, justement.

Mais ça passe par là, en tout cas pour moi. C'est comme ça qu'on essaie de travailler et de préparer chaque match. Petit à petit, j'ai réussi à être mieux là-dessus, à me forcer à sortir de la zone de confort dans laquelle tu as parfois tendance à t'installer. Et réussir à mieux jouer dans les moments importants.

lire aussi

Mauresmo : « Garcia est bien dans sa peau de joueuse »

Il y a quelques jours, vous expliquiez que vous deviez éviter de trop parler sur le court. Avez-vous dû vous forcer à ne pas le faire ?
Aujourd'hui (dimanche), au début du match, c'était vraiment le cas. Il y avait de la frustration de ne pas réussir à me libérer, de ne pas bouger comme j'ai envie de bouger. Ce n'est pas en t'énervant que ça va marcher. J'ai eu de nombreuses preuves de ça dans le passé. Avec le soutien de l'équipe derrière, j'ai réussi à rester positive, à accepter la situation et à progresser.

Caroline Garcia à propos de son quart de finale contre Coco Gauff, mardi

« Ça va être explosif ! C'est un match que j'ai vraiment hâte de jouer, il y a beaucoup d'excitation »

Mardi, vous affronterez l'Américaine Coco Gauff sur le Arthur Ashe. L'ambiance s'annonce chaude...
Ça va être explosif ! C'est un match que j'ai vraiment hâte de jouer, il y a beaucoup d'excitation : quart de finale en Grand Chelem, jouer Coco qui est vraiment une superstar, déjà, malgré son jeune âge, aux États-Unis. Le public américain qui est toujours très, très chaud, qui peut s'enflammer sur chaque point... C'est vraiment une super opportunité, une super expérience et un challenge en plus à gérer pour faire un grand match.

Quelles seront les clés face à elle ?
Elle a une très bonne couverture de terrain. C'est une joueuse très athlétique. C'est un challenge de trouver la bonne tactique. Mon style de jeu va m'aider à lui mettre la pression et à la sortir un peu de sa zone de confort. »

lire aussi

Le tableau femmes de l'US Open