"Des cas comme moi, il y en a de plus en plus" : le cycliste Théo Nonnez brise le tabou de la dépression chez les sportifs de haut niveau

franceinfo
·1 min de lecture

Quand franceinfo a joint Théo Nonnez, jeudi 15 avril dans l'après-midi, la voix du coureur cycliste de 21 ans était posée, sereine. Mais il n'en pas toujours été ainsi cette année avec des moments, décrit-il avec pudeur, "compliqués". Jusqu'à ce jour de décembre 2020, où il se retrouve en larmes sur son vélo. Et de nous décrire la spirale qui l'a happé et conduit à ne plus se reconnaître.

"J'étais à l'entraînement et je me demandais ce que je foutais là, quel sens avait ma vie. Et pour être honnête, je ne trouvais pas."

Théo Nonnez

à franceinfo

Théo Nonnez, sur qui reposait de nombreux espoirs depuis un titre de champion de France juniors en 2016, a fini par craquer. Impossible pour lui de s’épanouir dans ce culte de la performance qui s’immisce même chez les plus jeunes. "Je ne faisais plus grand-chose de ma vie, hormis du vélo, se souvient-il. Chaque heure de sommeil compte, l'alimentation est réglée au millimètre. J'avais un grand plaisir : aller me balader, notamment dans Paris. On ne peut pas se permettre ça parce que si tu vas marcher deux heures, le lendemain matin à l'entraînement, tu vas le payer."

"Tout le monde performe et tu te dois de performer. Mon entourage s'est beaucoup sacrifié. Je me suis sacrifié aussi et je n'avais pas le droit de ne pas performer."

Théo Nonnez

à franceinfo

"Il y a un phénomène vraiment impressionnant dans le sport, c'est qu'on se professionnalise de plus en plus tôt, poursuit Théo Nonnez. Aujourd'hui, il y a des équipes cyclistes, des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi