• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Castres s'impose devant Toulouse et décroche son ticket pour la finale du Top 14

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Victorieux des Toulousains (24-18) en demi-finales à Nice, vendredi soir, les Castrais ont gagné le droit de disputer la finale du Top 14, dans une semaine au Stade de France contre le vainqueur de l'autre demi-finale entre Montpellier et Bordeaux-Bègles, ce samedi (21h05).

Le match : 24-18

Comme à leur habitude, accrocheurs, solidaires, solides à l'impact et forts mentalement, les Castrais, menés de la 2e minute jusqu'à la 43e, puis de la 60e à la 70e, ont été réalistes, en témoignent les 14 points au pied de l'ouvreur international argentin Benjamin Urdapilleta, homme du match. De leur côté, les Toulousains eurent plusieurs occasions de l'emporter en fin de rencontre mais furent trop imprécis et maladroits pour espérer s'imposer.

Pris à froid par la première relance toulousaine dans une Allianz Riviera surchauffée et l'inspiration tranchante de l'ailier Matthis Lebel (2e) coupant la défense comme il le ferait d'une motte de beurre, puis distancés par un but de Thomas Ramos (17e, 10-0), les Castrais revinrent petit à petit dans cette demi-finale. Fébriles, peu inspirés en attaque, ils profitèrent de la précision de leur buteur Benjamin Urdapilleta (21e, 27e), puis mirent la pression sur la défense toulousaine sans parvenir toutefois à inscrire autre chose qu'un troisième but (40e, 9-10) malgré six temps forts entre la 32e et la pause avec un essai justement refusé à Palis (39e).

lire aussi

Le film de Castres-Toulouse

En seconde période, l'entame castraise fut vive et tonique. L'insaisissable demi de mêlée uruguayen Santiago Arata planta en allongeant le bras l'essai (43e, 16-10) d'un CO ragaillardi qui prit la tête au score. Mais, en infériorité numérique, les Toulousains continuèrent à alimenter leur attaque, et Romain Ntamack s'engouffra dans un intervalle pour marquer en coin (47e, 16-15). Les Toulousains prenaient la tête au score (60e, 16-18), mais leur buteur manquait la cible au loin, face aux poteaux (73e).

Les Castrais, eux, dominaient les ultimes minutes et, d'une passe au pied rasante, Benjamin Urdapilleta servait Filipo Nakosi qui remettait à l'intérieur à son arrière Julien Dumora (77e, 24-18). Après ce succès, le Castres Olympique affrontera au Stade de France en finale vendredi prochain (20h45) le vainqueur de l'autre demi-finale qui opposera samedi (21h05), et toujours à Nice, Montpellier et Bordeaux-Bègles.

2

Le nombre de cartons jaunes infligés aux Toulousains. À la 22e contre le deuxième-ligne Rory Arnold (plaquage dangereux), à la 38e contre le talonneur Julien Marchand (antijeu).

Le joueur : Benjamin Urdapilleta prend son pied

Il n'a pas marqué d'essai, contrairement à son vis-à-vis Romain Ntamack (47e), mais Benjamin Urdapilleta, en pleine maturité (36 ans), a pesé sur le résultat final. Avec ses quatre buts de pénalité et la transformation de l'essai de Santiago Arata (43e). Aussi avec deux passes au pied judicieuses : un lob pour Geoffrey Palis (39e) qui vit son essai refusé par l'arbitrage-vidéo et, au lieu du drop-goal que tout le monde imaginait, un « rasant » millimétré pour l'ailier Nakosi qui déboucha sur l'essai de la victoire, celui de Julien Dumora (77e).

Jelonch : «Castres a été plus réaliste et mérite sa place en finale»

lire aussi

Anthony Jelonch : « On est tombés sur une grosse équipe »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles