"C'est une chose que je peux contrôler jusqu'à une certaine limite" : l'angoisse du Covid-19 avant le départ du Vendée Globe

Jérôme Val
·1 min de lecture

Une édition du Vendée Globe à l’ère de la Covid-19. Le tour du monde à la voile sans escales et en solitaire prend un visage particulier cette année dans un contexte sanitaire très strict. Le village aux Sables-d’Olonne ne pourra accueillir que 5 000 personnes en même temps, bien loin des flots ininterrompus des éditions précédentes. Le public sera tenu à distance des bateaux, et les skippeurs, dont Alan Roura, tous masqués. "C'est plus compliqué de se rendre compte des sourires ou des visages des gens", admet-il.

Mais ce qui inquiète les concurrents, avant même d’affronter les tempêtes, c’est l’ultime test PCR le 6 novembre, soit deux jours avant le grand départ. Une source d’angoisse pour beaucoup, comme pour l’Italien Giancarlo Pedote qui part pour son premier tour du monde. "Oui ça me perturbe, bien évidemment, ça m'inquiète, confie-t-il. C'est une chose que je peux contrôler jusqu'à une certaine limite. Pour faire simple, j'avais le frigo plein à 15 jours du départ de la course, et (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi