C'est la guerre entre l'OL et ses supporters «très méchants»

En s'inclinant à domicile face à Strasbourg (1-2), l'OL est entré dans une nouvelle phase de crise. Cette fois-ci, c'était la défaite de trop pour les supporters qui ont demandé la tête de Karl Toto-Ekambi ainsi que des dirigeants, Bruno Cheyrou et Vincent Ponsot en tête. Des débordements qui ont agacé Jean-Michel Aulas.

La situation était extrêmement tendue samedi soir à Lyon. Les supporters présents au Groupama-Stadium ont laissé échapper leur colère en s'en prenant aux dirigeants et aux joueurs. Des banderoles très explicites ainsi qu'un caillassage du bus des joueurs, c'était le chaos total. Rien ne s'est arrangé puisque les hommes de Laurent Blanc se sont inclinés face à Strasbourg, avant dernier de Ligue 1 au coup d'envoi. Le comportement des supporters a fait craquer Jean-Michel Aulas, présent en zone mixte pour mettre les choses au clair.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

«C'est un sentiment de gâchis»

« C'est un sentiment de gâchis. Dès l'arrivée au stade, dans le bus, on a fait l'objet à nouveau d'une attaque des supporters, qui devaient rester non violents alors qu'il y a eu des actes de violence avant le match. Je le regrette. Ce matin, on avait vu le groupe de supporters avec John Textor, ça s'était très bien passé. Ce que je veux dire, c'est que le match est ce qu'il est mais c'est probablement l'un des meilleurs matchs depuis le début de saison. Sans réussite.…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com