Chabal aurait bénéficié d'une irrégularité dans la vente de billets pour la Coupe du monde

Sébastien Chabal salue Bernard Laporte. (R. Martin/L'Équipe)

« Le Parisien » révèle que les perquisitions au siège du comité d'organisation auraient révélé des irrégularités dans la vente de billets pour la Coupe du monde de rugby. Sébastien Chabal, entre autres, aurait bénéficié de ces irrégularités.

2,6 millions de billets vendus pour la prochaine Coupe du monde en France (8 septembre - 28 octobre), mais combien entachés d'irrégularités ? C'est la question posée par une enquête publiée vendredi soir par Le Parisien.

En effet, les perquisitions menées ces dernières semaines au siège du comité d'organisation de la Coupe du monde de rugby ont révélé que plusieurs centaines de billets auraient été vendus et revendus au mépris des règles alors que de nombreux fans n'étaient pas parvenus à se procurer ces précieux sésames.

Un ami d'Atcher aussi dans le viseurLe 10 novembre dernier, L'Équipe indiquait déjà dans un des différents volets d'une enquête consacrée à Claude Atcher - ex-directeur général du Groupement d'intérêt public (GIP) et licencié le 10 octobre pour faute grave, notamment en raison de ses pratiques managériales - que la justice s'intéressait à de « présumées irrégularités liées à la billetterie de la Coupe du monde 2023 » et notamment « quelque 600 billets en possession d'un dirigeant fédéral et accessoirement très bon ami de M. Atcher, et à ce qu'ils sont devenus depuis ».

Le Parisien indique que ce dirigeant fédéral se nommerait Henri Mioch (68 ans), quatre fois champion de France avec Béziers (1977, 1978, 1980, 1981), et que ces tickets « auraient été discrètement détournés du système de vente traditionnel pour être écoulés de manière irrégulière au profit des proches de l'ancien directeur général du comité d'organisation, Claude Atcher ».

Un autre nom célèbre aurait été prononcé devant les enquêteurs. Il s'agit de Sébastien Chabal (48 ans), ancien troisième-ligne de l'équipe de France (62 sélections), de Bourgoin-Jallieu, du Racing 92 et encore de Lyon et aujourd'hui ambassadeur de France 2023 en plus de ses activités de consultant dans les médias. Chabal aurait acquis une centaine de billets et Mioch 600 pour un montant de 100 000 euros.

Mioch, ami de longue date d'Atcher, a été salarié de la FFR, à mi-temps, de février 2017 à décembre 2020, en qualité de chargé de mission Coupe du monde avant d'être détaché sur d'autres missions. Il détient par ailleurs, avec son fils, une société d'événementiel qui revend des packages d'hospitalités (place + diverses prestations d'accompagnement) pour des matches de rugby.

« Pour nous, étant donné le volume, il n'y a aucun doute sur le fait qu'il s'agisse d'un trafic de billets », assure au Parisien une source proche du dossier, citant au passage l'exemple de places, d'une valeur de 300 euros, qui pourraient être revendues en package à un tarif estimé à 1500 euros. Les salariés du Groupement d'intérêt public étaient limités à huit billets maximum achetés avec une interdiction de revente.