Chamonix pas prête à rempiler pour les Jeux Olympiques 2030

Chamonix ne rêve pas d'accueillir les Jeux d'hiver de 2030. (E. Garnier/L'Équipe)

La ville de Chamonix, présentée comme l'un des trois piliers d'une candidature regroupant le Valais suisse et la Vallée d'Aoste italienne pour les Jeux d'hiver de 2030, dément toute volonté d'accueillir les épreuves olympiques.

Après avoir accueilli les premiers Jeux Olympiques d'hiver en janvier 1924, Chamonix n'a pas envie de rempiler en 2030. Le maire de la station haut-savoyarde l'annonce jeudi après qu'une candidature regroupant Chamonix, la vallée d'Aoste en Italie et le canton suisse du Valais, pour les Jeux de 2030, a été révélée par le quotidien Le Temps. Un projet porté par les Suisses qui ont déjà accueilli les Jeux à Saint-Moritz en 1928 et 1948 alors que le CIO a repoussé l'attribution de l'édition hivernale 2030 prévue en 2023.

« Pour faire suite aux multiples articles dans la presse suisse et française de ce matin, monsieur Éric Fournier, maire de Chamonix-Mont-Blanc, indique que si la coopération transfrontalière avec nos voisins valaisans est au coeur des préoccupations de la Vallée de Chamonix-Mont-Blanc, le projet d'une candidature commune aux Jeux Olympiques tel que relayée par certains médias n'est pas à l'ordre du jour », indique un communiqué de la collectivité.

« Celle-ci émane d'une initiative privée et non des instances politiques de l'Espace Mont Blanc, lesquelles travaillent actuellement activement sur la feuille de route liée à la prochaine programmation européenne avec comme sujet central l'adaptation au changement climatique de notre économie touristique. »

lire aussi : Toute l'actualité du ski alpin

Si plusieurs collectivités des Alpes du Nord avaient un temps envisagé de déposer un dossier pour les Jeux de 2030, à l'initiative du président de la région Auvergne Rhône-Alpes Laurent Wauquiez, le manque de concertation avec les acteurs sportifs a fait retomber le soufflé et donné des ailes aux Alpes du Sud. La région Provence Alpes-Côte-d'Azur a ainsi lancé un appel d'offres pour étudier l'opportunité de se lancer dans l'aventure en 2034 ou 2038.