Aux Championnats de France, Simon Gauzy rêve d'un triplé, Prithika Pavade d'une première

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Prithika Pavade et Simon Gauzy. (S. Mantey/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

À partir de vendredi, et jusqu'à dimanche, ont lieu les Championnats de France de tennis de table à Mouilleron-le-Captif (Vendée). Simon Gauzy et Yuan Jianan tenteront de défendre leur titre acquis à Cesson-Sévigné, il y a six mois seulement. Prithika Pavade rêve, elle, d'un premier sacre chez les seniors.

Simon Gauzy visera la passe de trois. Premier joueur à conserver son titre aux Championnats de France depuis Christophe Legoût en 2011, en décembre dernier, le Toulousain chassera un troisième titre consécutif dans la compétition, un quatrième au total, ce week-end à Mouilleron-le-Captif.

Le Tricolore débarque en Vendée après avoir atteint les quarts de finale du WTT Contender de Lima, au Pérou, battant deux Français (Alexandre Cassin et Jules Rolland) et ne s'inclinant qu'en quatre manches très serrées (18-20, 15-13, 8-11, 11-13) contre « Dima » Ovtcharov, double champion d'Europe et triple médaillé de bronze olympique. De par son statut, il partira naturellement favori du tableau masculin, mais devra faire face à une concurrence très dense.

Gare à la jeunesse

Parmi les principaux outsiders, on retrouve le prodige Alexis Lebrun, déjà top 50 mondial à 18 ans, et auteur d'une saison exceptionnelle avec Pontoise-Cergy en Pro A et l'Alliance Nîmes-Montpellier en Nationale 1. Vainqueur des meilleurs joueurs du Championnat français, parmi lesquels Omar Assar, Wang Yang ou encore Jon Persson, il avait atteint les demi-finales de la dernière édition, seulement battu par... Simon Gauzy (4-2).

Toujours difficile à appréhender, le gaucher Stéphane Ouaiche, champion de France en 2014 et 2016, pourrait, lui, jouer les coupeurs de têtes. Anciens pensionnaires d'Issy-les-Moulineaux, Alexandre Cassin et Can Akkuzu, têtes de série n°3 et 4, feront partie des jeunes joueurs à surveiller, avec d'autres comme Romain Ruiz, finaliste de la dernière édition, Bastien Rembert ou Felix Lebrun, frère d'Alexis.

Numéro 2 Français, Emmanuel Lebesson ne sera pas de la partie. Il a déclaré forfait en fin de semaine dernière pour rester auprès de sa compagne, qui attend un heureux événement.

lire aussi

Les frères Alexis et Félix Lebrun, phénomènes du ping français

Pavade pour une première

Chez les dames, la tenante du titre Yuan Jianan sera, comme Simon Gauzy chez les messieurs, favorite à sa propre succession. Déjà victorieuse de six Championnats de France, elle n'est plus qu'à deux unités d'égaler le record de Christiane Watel et ses huit couronnes. En décembre dernier, elle était venue à bout de la jeune Prithika Pavade en finale, qui sera encore à la lutte pour un premier sacre chez les seniors, après ses multiples titres décrochés dans les catégories jeunes.

Avec l'expérience accumulée ces derniers mois et sa capacité à résister au rythme imposé par la Poitevine dès les premiers coups de raquette, il ne serait pas étonnant que « Prithi » marque ces France, à seulement 17 ans. Elle a d'ailleurs battu Yuan lors de leurs deux dernières confrontations en Pro (le Championnat de France par équipes), il y a deux mois.

Une lutte ouverte pour le dernier carré

Derrière, plusieurs joueuses pourront prétendre à une médaille, comme Océane Guisnel, Lucie Gauthier, Camille Lutz ou sa soeur, Charlotte, qui vient de prendre trois classements en une seule saison. Et ce n'est pas Pauline Chasselin qui dira le contraire. Bien que battue à deux reprises par Charlotte Lutz ces dernières semaines, l'internationale française aura également sa carte à jouer, étant l'une des joueuses les plus expérimentées parmi les prétendantes au dernier carré.

Autre tête d'affiche à ne pas sous-estimer, Marie Migot, de retour sur le devant de la scène nationale depuis sa finale en 2019, partira tête de série n°6. Grâce notamment à sa qualité de service, la pensionnaire d'Etival possède un fond de jeu lui permettant de conserver un niveau moyen suffisamment élevé pour viser les derniers tours du tableau de simple dames.

Un format renouvelé

Comme depuis l'édition 2020 à Arnas, les joueurs et joueuses s'affronteront dans un tableau à élimination directe, sans phase de poules pour les non-têtes de série. Après les premiers tours vendredi, les finales des tableaux de doubles auront lieu samedi à partir de 16h45, tandis que les demies et finales des simples hommes et femmes se tiendront dimanche.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles