Gaël Perdriau, accusé de chantage à la sextape, suspend ses fonctions à la métropole de Saint-Étienne

Empêtré dans cette affaire de chantage à la sextape, le maire de Saint-Étienne Gaël Perdriau, se met en congés de ses fonctions à la métropole stéphanoise.
OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP Empêtré dans cette affaire de chantage à la sextape, le maire de Saint-Étienne Gaël Perdriau, se met en congés de ses fonctions à la métropole stéphanoise.

OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP

Empêtré dans cette affaire de chantage à la sextape, le maire de Saint-Étienne Gaël Perdriau, se met en congés de ses fonctions à la métropole stéphanoise.

POLITIQUE - Revirement de situation à Saint-Étienne. Le maire Les Républicains de Saint-Etienne Gaël Perdriau va finalement déléguer ses fonctions de président à la Métropole, en lien avec l’affaire de chantage à la sextape qui secoue sa ville depuis fin août, a-t-on appris ce jeudi 22 septembre après d’un des vice-présidents de la collectivité.

L’élu de 50 ans ne présidera donc pas le prochain conseil métropolitain prévu le 29 septembre et n’assurera plus ses fonctions de représentation extérieure, a expliqué à l’AFP Christophe Faverjon, le maire communiste d’Unieux.

Cette solution est « le fruit d’une réflexion collective » dans « le respect de la justice et de son rythme » dans le but de « préserver la métropole » des perturbations liées à cette récente affaire de chantage à la vidéo intime, a-t-il expliqué après une réunion des vice-présidents de la métropole.

Une nouvelle qui peut surprendre, alors qu’une semaine plus tôt, Gaël Perdriau avait pourtant affiché sa « détermination » à rester en fonction, sourd aux appels de ceux qui lui demandaient de se mettre en congé - des élus locaux et nationaux, dans son camp et dans l’opposition, mais aussi des acteurs économiques locaux.

« Barbouzage de mœurs »

En effet, l’image du maire de Saint-Etienne a été considérablement ternie par une affaire de chantage politique à la sex-tape en cours d’enquête judiciaire à Lyon.

L’affaire, en cours d’enquête, a éclaté fin août quand un ancien proche de la municipalité a fait des confessions très détaillées au site Mediapart sur un « barbouzage de mœurs » commandité selon lui par le maire et son entourage pour neutraliser l’ex-premier adjoint centriste, Gilles Artigues. L’opération a selon lui été rétribuée via des prestations fictives facturées à deux associations culturelles locales subventionnées par la mairie.

L’édile a été placé en garde à vue le 13 septembre, en même temps que trois autres membres de l’équipe municipale. L’enquête judiciaire, ouverte à Lyon après une plainte de Gilles Artigues, concerne la réalisation et l’usage de cette vidéo tournée en janvier 2015 dans laquelle on voit cet ex-député connu pour son engagement catholique et ses positions homophobes, se faire masser par un homme dans une chambre d’hôtel à Paris.

À voir également sur Le HuffPost :

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi