Chantiers pour la Coupe du monde au Qatar : une filiale de Vinci convoquée par la justice française

Les conditions de travail sur les chantiers liés à la Coupe du monde ont été largement documentées ces dernières années. (F. Faugère/L'Équipe)

Le groupe français de BTP Vinci a annoncé lundi dans un communiqué la convocation par la justice, mercredi, de sa filiale Vinci Constructions Grands Projets « en vue d'une éventuelle mise en examen », dans le cadre d'une enquête sur les conditions de travail sur des chantiers liés à la Coupe du monde au Qatar.

Le groupe français de BTP Vinci a fait savoir ce lundi dans un communiqué que sa filiale Vinci Constructions Grands Projets était convoquée mercredi par la justice, « en vue d'une éventuelle mise en examen », dans le cadre d'une enquête sur les conditions de travail sur des chantiers liés à la Coupe du monde au Qatar.


Vinci réfute les accusations

L'entreprise française, qui dit réfuter les accusations de « travail forcé » et de « traite d'êtres humains », déclare qu'elle devra se présenter devant un juge d'instruction de Nanterre à deux semaines de l'ouverture de la Coupe du monde après des plaintes d'ONG et d'anciens employés indiens et népalais. La justice n'a de son côté rien annoncé sur une éventuelle mise en examen.

En novembre 2021, l'Organisation internationale du travail (OIT) avait révélé dans un rapport que cinquante travailleurs immigrés étaient morts sur les chantiers de la Coupe du monde 2022 au Qatar et plus d'un demi-millier avaient été gravement blessés. Il y a deux semaines, selon l'agence Reuters, les autorités de Doha avaient évacué des immeubles de la capitale où logeaient des travailleurs étrangers. Dans un bâtiment qui, selon les résidents, abritait 1 200 personnes dans le district d'Al Mansoura, les fonctionnaires municipaux ont sommé les habitants de partir dans un délai de deux heures.