Charles Leclerc et sa Ferrari dans le mur lors des EL2 du GP du Mexique

Charles Leclerc a passé un très mauvais vendredi à Mexico. (A.Mounic /L'Équipe)

Charles Leclerc a sérieusement endommagé sa Ferrari en perdant le contrôle lors de la deuxième séance d'essais libres, consacrée aux tests sur les gommes Pirelli 2023, vendredi soir.

Il n'y avait rien de bon à espérer d'une deuxième séance d'essais libres consacrée aux tests sur les pneus Pirelli 2023, vendredi à Mexico. Une séance inutile pour les écuries et les pilotes, mais précieuse pour le manufacturier italien. Rien à gagner donc - les chronos ne présentant aucune valeur -, mais beaucoup à perdre. Sans avoir le choix des gommes ni en mesurer les réactions, chacun était censé en « garder sous le pied » afin d'éviter la bévue.


lire aussi

Carlos Sainz meilleur temps des EL1

Charles Leclerc n'a pas su garder cette marge de sécurité. À mi-séance, le Monégasque a perdu le contrôle de sa Ferrari en mordant sur un vibreur intérieur pour achever sa course de trois quarts arrière dans les boudins de protection en mousse. Train arrière plié, aileron mâché. Il faudra attendre pour savoir si le moteur ou plus vraisemblablement la boîte de vitesse de la Ferrari ont été touchés.

La séance a été interrompue pendant plus de 20 minutes et à vu George Russell (Mercedes) terminer tout en haut de la liste des temps (1'19''970) sans que cela ait la moindre signification. Yuki Tsunoda (Alpha Tauri, à 0''828) a signé le deuxième temps et Esteban Ocon (Alpine, à 1''207) le troisième.

À noter que Kevin Magnussen (Haas) sera pénalisé de cinq places sur la grille dimanche après avoir changé de moteur plus tôt dans l'après-midi.


lire aussi

Le classement des pilotes