Cher Bruno Ngotty, cher Nounours...

·1 min de lecture

Il y a beaucoup de choses qui remontent quand on repense au 8 mai 1996. Yannick Noah, le maillot sans sponsor, Bernard Lama qui soulève la Coupe des coupes, Rai en béquilles, la tronche du regretté Trifon Ivanov, Carsten Jancker, le stade du Heysel rebaptisé Roi Baudoin, et puis il y a cette vingt-neuvième minute. Youri Djorkaeff décale le ballon pour Bruno Ngotty sur un coup franc plein axe. Le numéro 4 arme une sacoche du droit, la balle est légèrement touchée par un défenseur autrichien, rebondit devant Michael Konsel et termine dans les ficelles. J'ai 13 ans, je suis à Amsterdam dans une auberge de jeunesse avec ma classe de 4e du collège Marais de Villiers de Montreuil. À l'époque, l'établissement avait mis en place un "club art" dirigé par mon professeur d'histoire-géographie, Didier Frydman, sosie physique d'Attilio Lombardo. Aucune attirance particulière pour les tableaux de la Renaissance ou le Rijks Museum, mais en s'inscrivant…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles