Ce que cherche Hamilton avant de prolonger son contrat

Basile Davoine
·3 min de lecture

Le sextuple Champion du monde . La réflexion qui entoure le futur bail dépasse en fait les considérations simplement liées à la compétition : outre sa durée qui n'est pas encore définie, Hamilton cherche à disposer d'un accord qui soit en adéquation avec l'implication qu'il souhaite avoir au-delà du sportif.

Depuis le début de l'année 2020, le pilote britannique est particulièrement investi dans la lutte pour plus de diversité et de justice sociale. Sous son impulsion, l'écurie allemande a également choisi de s'investir dans ce combat, décidant par exemple d'évoluer symboliquement avec une livrée noire tout en mettant en place des actions internes pour favoriser mixité et diversité dans ses rangs. Pour Hamilton, c'est cette vision très large de la situation qui nécessite de poser la réflexion autour du nouveau contrat. Conscient de ce qu'il a déjà, il admet qu'il serait "facile" pour lui de signer une prolongation dans les mêmes conditions que l'accord actuel, mais l'enjeu va bien au-delà.

Lire aussi :

Wolff : Hamilton et moi "n'avons pas terminé" l'aventure Lewis Hamilton champion au GP de Turquie si...

"Croyez-le ou non, ce n'est pas encore gravé dans le marbre", a-t-il expliqué ce jeudi devant la presse à Istanbul, avant le Grand Prix de Turquie. "Je n'ai pas encore toutes les réponses sur ce que je vais faire. Je crois que j'ai le meilleur contrat ici, pour la façon dont il est structuré et pour la gestion du temps. L'équipe qui m'entoure est géniale. Mais je cherche toujours à voir comment nous pouvons progresser. Comment puis-je être plus efficace et en faire plus pour les partenaires ? Comment puis-je me positionner pour en faire plus pour l'équipe ?"

"Naturellement, c'est facile de simplement signer cet accord et de continuer à ne pas penser à ce qui va suivre. Et je suis parfaitement conscient du fait que je veux continuer avec Mercedes, et j'aimerais les aider dans cette quête de changement. Ils rendent leurs voitures [de série] plus vertes, avec plus d'électrique, et je veux les aider sur cette voie. J'aimerais aussi les aider à promouvoir la diversité au niveau de l'entreprise, comme pour toute entreprise. Car il n'y en a pas suffisamment."

À ceux qui ont cru que la porte d'un retrait de la F1 s'était entrouverte au soir d'Imola pour Hamilton, l'intéressé corrige le tir, à la manière de ce qu'avait également fait son directeur d'équipe, Toto Wolff, quelques heures après ces déclarations.

"Il y a énormément de discussions, beaucoup de choses à passer en revue", a précisé Hamilton. "Mais rien n'est gravé dans le marbre. Je pense qu'il faut juste en discuter. Et pour le moment, je n'ai pas l'impression d'être fini. Je pense qu'il y a toujours des domaines dans lesquels progresser. J'aime courir. J'aime le défi. Et je ne pense pas que ça va changer de sitôt."