Comment « On les a chicotés » est devenu le tube des fins de match à Lens

(E. Garnier/L'Équipe)

Après chaque succès, les Lensois communient avec leurs supporters en chantant le désormais fameux « On les a chicotés ». Deux hommes sont à l'origine de son succès dans l'Artois.

Même Franck Haise a fini par se laisser tenter, à l'issue du succès contre le PSG du 1er janvier (3-1). À la demande d'un public qui n'en finissait plus de scander son nom, l'entraîneur a pris le micro face à la tribune Marek et lancé le désormais iconique « Olélé, Olala, mais qu'est-ce qui s'est passé, on les a chicotés ! ». Un chant qui n'est pas une invention artésienne, puisque l'on peut retrouver par exemple sur les réseaux sociaux une vidéo des Sochaliens l'entonnant après une rencontre en 2017. Mais un chant qui est devenu une tradition à Bollaert-Delelis après chaque victoire : les Lensois s'égosillent avec une joie communicative et permettent aux supporters de prolonger le plaisir au-delà du temps additionnel.

Une ligne de vêtements avec l'inscription « Chicot頻Deux hommes ont importé le concept en Artois : Yannick Cahuzac et Jean-Louis Leca. « On s'amusait entre nous à le dire, raconte ce dernier. Et je crois que lors du match contre le PFC en L2, avant qu'il y ait la montée et le Covid, on a repris ce chant dans le vestiaire. » « Cahu », désormais dans le staff, complète : « Les chants d'après-match, les cris de guerre, ne me convenaient pas. J'ai dit : "J'ai une idée". Et j'ai commencé à le chanter. Je l'avais trouvé sur les réseaux sociaux, je crois. C'est parti de là. »

lire aussi : Lens peut compter sur un stade Bollaert-Delelis qui fait toujours le plein

Leca confirme : « Toute l'année dernière après chaque victoire dans le vestiaire, ça partait sur ça. Cahu, le capitaine, prenait le cri de guerre. Et puis, après ça s'est concrétisé avec nos supporters. » Le gardien ne se souvient pas de la première fois qu'ils l'ont fait avec le public, « mais je me souviens de la première fois que j'entends Bollaert le chanter avant la fin d'un match, c'était contre Troyes à dix minutes de la fin, ça fait partie des belles histoires depuis que le club est revenu au plus haut niveau ».

Ils l'ont prolongée en s'associant avec un fabricant de textile pour créer une ligne de vêtements avec l'inscription « Chicoté », dont une partie des bénéfices est reversée à l'association Foot En Coeur, qui réalise des actions au profit des enfants hospitalisés ou en situation de handicap. Une autre partie va à « J'aime ma mer », une campagne de sensibilisation sur la pollution plastique en Méditerranée.

lire aussi : Bollaert dévoile ses entrailles et ses anecdotes lensoises