Le Chili, cauchemar de Messi et de l'Argentine

Afin de rapprocher l'Argentine d'une qualification au Mondial 2018, Lionel Messi va vouloir se défaire du Chili, son cauchemar ces dernières années.

S'il y a bien une équipe qui symbolise la relation de Lionel Messi à l'échec ces dernières années, c'est bien le Chili. La Pulga est parvenue à hisser sa sélection (avec l'aide d'autres joueurs) en finale du Mondial 2014, de la Copa America 2015 et 2016 mais face à l'Allemagne (1-0, a.p) puis contre la Roja à deux reprises (0-0 4 t.a.b à 1, 0-0 4 t.a.b à 2), l'Argentine a fait perdurer sa malédiction sans remporter le titre majeur derrière lequel elle court depuis 1993. L'impact de la finale perdue l'été dernier a été si important qu'à l'époque Lionel Messi avait mis un terme à sa carrière internationale : "C’est un moment dur pour moi et pour toute l’équipe, c’est très difficile, j’aurais tellement voulu ramener un titre de champion en Argentine, je m’en vais sans y être parvenu. J’ai fait tout ce que j’ai pu, mais ce n’est pas pour moi, on a encore perdu une finale, cela me fait très mal de perdre, en plus aux tirs au but. C'est vraiment triste ce qu'il se passe encore et j'ai loupé mon penalty alors que c'était très important, ma décision est prise, c'est fini", avait-il annoncé, avant de finalement revenir sur sa décision, le 12 août dernier.

Cinquième des éliminatoires et donc en position de barragiste avant la rencontre, l'Argentine va de nouveau trouver la Roja sur sa route. Disposant d'une avance d'un point sur son opposante dans la course au Mondial de Russie en 2018, la sélection dirigée par Juan Antonio Pizzi est elle aussi dans une situation de victoire impérative eu égard à la féroce compétition. Si l'Albiceleste a obtenu un succès précieux contre la Colombie lors de sa dernière représentation (3-0), elle n'a toujours pas d'identité de jeu définie et sa place en tant que barragiste se comprend très bien à travers ses derniers résultats depuis le retour de Messi : deux victoires face à l'Uruguay et la Colombie, deux matches nuls contre le Pérou et le Venezuela, puis deux revers face au Paraguay et le Brésil. Le bilan étant de huit buts marqués pour huit encaissés.

L'éternel débat entre le rendement de Messi sous le maillot du Barça et avec celui de l'Argentine a de nouveau été ouvert sur beIN Sport Espagne. Sondé par Jorge Valdano, Ricardo Enrique Bochini, son ancien coéquipier en sélection, a lui jugé les entraîneurs argentins coupables  : "Il y a quelque chose qui n'aide pas Messi aujourd'hui, ce sont les entraîneurs en Argentine. Je le vois très seul, on attend qu'il ait la balle et s'occupe de tous les tirs devant trois ou quatre joueurs. Il n'a pas celui qui ouvre le terrain, pas celui qui va faire un duo. Si Messi n'avait pas joué ces éliminatoires, l'Argentine aurait beaucoup moins de points et je ne sais pas si elle aurait une chance de se qualifier comme maintenant. Je crois que l'Argentine manque d'un joueur de type Riquelme, quelqu'un qui joue à ses côtés de sorte que lorsque vous marquez Messi, il puisse soulager le jeu pour lui. Messi ne peut pas être le meneur de jeu et le finisseur en même temps."

Neuf mois après la finale de la Copa America Centenaire, l'Argentine et le Chili vont de nouveau se rencontrer, ce jeudi soir au Monumental de Buenos Aires. Plus qu'une victoire, l'Albiceleste a besoin d'offrir une prestation convaincante à ses supporters afin d'affirmer qu'elle se trouve bien sur la bonne voie pour disputer le Mondial 2018 en Russie. Pour cela, il faudra se défaire du Chili, la sélection qui a conquis deux trophées devant elle, le cauchemar de Lionel Messi et de toute l'Argentine.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages