La Chine, naturaliser plus pour gagner plus

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le 24 décembre 2012, le club chinois de Guangzhou Evergrande s'offre un joli cadeau pour Noël : l'attaquant brésilien Elkeson, contre un chèque de six millions d'euros pour son ancien employeur Botafogo. À 23 ans, celui qui a touché du doigt la Seleção - une convocation, mais pas d'entrée en jeu sous Mano Menezes - doit permettre au club de la ville de Canton de passer du statut de puissance nationale - double champion de Chine - à celui de terreur du continent. Près de neuf ans ont passé, Guangzhou Evergrande a remporté deux Ligues des champions asiatiques (2013, 2015), et Elkeson est toujours là, après un interlude de trois ans à Shanghai. Surtout, l'ancien Auriverde, à force d'enfiler les buts comme des perles, a donné des idées aux pontes du football chinois : le naturaliser pour l'intégrer dans l'équipe nationale en 2019.

" Briller dans les…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles