«Sous le choc», Urios déballe tout

Christophe Urios est récemment revenu sur son départ de l’Union Bordeaux-Bègles, survenu en novembre dernier. Désormais à l’ASM Clermont Auvergne, il a notamment expliqué être passé par des moments assez compliqués pour ce qui reste son premier échec dans sa carrière d’entraîneur, avant d’enfin pouvoir envisager un retour en Top 14.

C’est un événement assez inattendu. Seulement quelques mois après une prolongation jusqu’en 2025, l’UBB a décidé de se séparer de Christophe Urios. Reconnu comme l’un des meilleurs managers de Top 14 ces dernières années, il a avoué avoir traversé une période assez compliqué après cet échec.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« Là t’as envie que d’une chose, que tout le monde aille se faire foutre »

Habituel consultant dans Les Grandes Gueules du Sport, Urios s’est confié comme jamais au sujet de son départ de l’UBB. « Du jour au lendemain tu te retrouve un peu seul » a expliqué celui qui a récemment trouvé un poste, du côté de Clermont. « Je l’ai vécu une chose injuste, ça m’a vexé, déçu, j’étais un peu sous le choc. Là t’as envie que d’une chose, que tout le monde aille se faire foutre. De suite après j’ai basculé dans le pourquoi, pour comprendre, c’est une remise en cause ».

« Au mois de novembre ou décembre j’avais des opportunités en Top 14 et en Pro D2, mais... »

« Personnellement, j’ai eu une perte de confiance, avec des sautes d’humeur. T’as envie…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com