Christophe Galtier (Nice) : « Les têtes sont lourdes, les joueurs sont tristes »

Christophe Galtier a concédé que Nice n'avait pas réalisé « une grande finale » samedi contre Nantes en Coupe de France (0-1). Mais l'entraîneur du Gym veut désormais se projeter sur la fin de saison en Ligue 1, pour aller décrocher une qualification européenne.

« Quel est votre sentiment après cette défaite en finale de Coupe de France contre Nantes (0-1), et où se situent vos regrets ?
Mon sentiment, c'est de la déception. Quand vous arrivez en finale et que vous jouez ce magnifique trophée, vous mettez tout en oeuvre pour essayer de le remporter. Le grand regret que j'ai, c'est sur nos relations techniques sur un plan offensif. Même si on a été présent, on a eu très peu de réussite sur ce qu'on a entrepris. On a fait preuve de beaucoup trop de précipitation dans le jeu, à vouloir centrer systématiquement, alors que le décalage n'était pas fait. C'est un grand regret, une très grande déception.

lire aussi

Le sacre de Nantes contre Nice en images

Mais sur l'ensemble du match, il faut féliciter Nantes, qui nous a évidemment fermé tous les espaces que l'on recherchait et qui, dans la densité, a été supérieur à nous, et nous a mis en difficulté par sa percussion et la profondeur de ses attaquants.

Kasper Dolberg a été en difficulté. Est-ce une explication de ce manque de liant offensif ?
Oui, oui... Après, c'est une finale, il y a beaucoup d'engagement. Il y a eu de l'engagement comme il y en a dans une finale. On n'a pas su résister là-dessus. À chaque fois qu'on a voulu toucher nos attaquants dans les pieds, on a pris un ou deux Nantais. On a eu trop de déchet pour mettre à mal cette défense nantaise.

Pourquoi avoir débuté avec vos trois avant-centres, et donc Amine Gouiri sur le côté gauche ?
J'ai voulu associer nos meilleurs buteurs. J'avais échangé avec Amine cette semaine. Il était prêt à être à l'intérieur du jeu, même s'il était sur le côté. Je souhaitais que nos deux avant-centres puissent fixer les défenseurs centraux nantais, mais il aurait fallu avoir plus de jeu intérieur. On en a eu avec Amine, mais peu avec Hicham (Boudaoui), qui nous a apporté de la profondeur. Il nous a manqué de la justesse technique pour faire les bons décalages et les bons centres aux bons moments. On a trop centré à l'aveugle, on a trop jeté des ballons dans la surface, alors qu'il y avait la possibilité de beaucoup mieux combiner.

« Il va falloir rapidement nettoyer les têtes pour être performants sur les deux prochains matches à domicile »

La finale a basculé sur un fait de jeu. Avez-vous revu l'action du penalty ?
Je ne l'ai pas revue. C'est une action sûrement travaillée côté nantais, par Antoine (Kombouaré). Il y a ce long centre et Hicham (Boudaoui), dans la surface, qui voit le ballon lui arriver sur la main, mais une main décollée. Si Mme (Stéphanie) Frappart a pris la décision de siffler penalty, c'est qu'il y était.

Pouvez-vous trouver du positif dans une telle soirée, en vue de la fin du championnat ?
C'est très difficile à chaud. Il me semble que ceux qui sont entrés l'ont fait avec une grande détermination, de la percussion. Mais il n'y a pas de motif de satisfaction quand on perd en finale. Évidemment que les têtes sont lourdes, que les joueurs sont tristes.

On est en compétition dans le championnat pour aller chercher une place européenne. Ça arrive vite, mais il vaut mieux que ça arrive vite. Il faudra se donner du coeur à l'ouvrage face à Saint-Etienne. Il va falloir rapidement nettoyer les têtes pour être performants sur les deux prochains matches à domicile. On se bat pour chercher une place en Coupe d'Europe. On n'a pas pu le faire à travers la Coupe. On n'a pas fait une grande finale. Mais on peut le faire par le championnat. »

lire aussi

Les notes de Nice-Nantes : Kolo Muani insaisissable, Pallois impassable

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles