Christophe Galtier (PSG) avant le match contre la Juventus : « La première fois que je vois ça »

Christophe Galtier ce lundi en conférence de presse. (P. Lahalle/L'Équipe)

L'entraîneur du PSG Christophe Galtier, qui retrouve la Ligue des champions ce mardi, est surpris par la façon dont ses joueurs se sont vite projetés vers le rendez-vous de la Juventus.

« Avant ce premier rendez-vous, ressentez-vous de l'excitation ?

J'ai remarqué après notre victoire à Nantes (3-0), samedi soir, que les joueurs se sont vite projetés sur notre rendez-vous de demain (mardi). C'est la première fois que je vois ça, que ce soit de manière collective ou individuelle. Chacun a pris soin de bien récupérer et de bien se préparer. Une excitation ? Non, je ne trouve pas. Juste l'envie de jouer.

« Que le club ait l'ambition de la gagner, oui, qu'on soit favori non »

Paris est-il le favori de cette compétition ?
Non, ce serait trop réducteur par rapport aux autres concurrents. Chaque année, il y a huit ou neuf équipes qui peuvent gagner. Mais il y a des surprises aussi. Que le club ait l'ambition de la gagner, oui, qu'on soit favori non.

lire aussi

Entre Agnelli (Juventus) et Al-Khelaïfi (PSG), le divorce est prononcé

Que craignez-vous de la Juventus ?
C'est une équipe qui a beaucoup d'expérience, avec des joueurs de très haut niveau et un entraîneur habitué de cette compétition. On dit cette équipe en difficulté mais elle est invaincue en Serie A, n'a concédé que deux buts. C'est une équipe difficile à manoeuvrer. On revient aussi sur ces fameuses transitions où la Juve est très forte, avec des joueurs de qualité qui vont vite dans la profondeur. Mais je suis confiant sur notre capacité à jouer pour gagner. Les joueurs commencent à avoir certains repères. Il faudra insister sur notre animation offensive pour créer le plus de danger possible.

Massimiliano Allegri a dit que le principal concurrent de la Juventus était le Benfica, pas le PSG...
Je lui laisse ses propos. Il a plus d'expérience que moi, avec sûrement la malice d'un entraîneur italien. Que je respecte beaucoup.

Avez-vous une pression supplémentaire par rapport aux attentes qui ont escorté votre signature à Paris ?
Supplémentaire ? Pas du tout. Vraiment pas. Vraiment l'envie de jouer cette compétition et de montrer ce dont on est capable. »

lire aussi

Nasser al-Khelaïfi, président du PSG : « Le foot, ce n'est pas juste deux ou trois clubs »