Christophe Galtier (PSG) et les déplacements en « char à voile », la blague qui passe mal

Interrogé sur le déplacement en avion de son équipe à Nantes, samedi, l'entraîneur du PSG Christophe Galtier a ironisé ce lundi en expliquant que son équipe réfléchissait à se déplacer « en char à voile ».

En cet été où la « sobriété énergétique » est devenue un sujet de préoccupation majeur et où les responsables politiques redoutent des pénuries d'électricité pour cet hiver, il est des plaisanteries qui peuvent avoir du mal à passer. Christophe Galtier en a fait l'expérience, lundi.

Tout est parti d'un tweet publié dimanche par Alain Krakovitch, le directeur de TGV-Intercités, à propos du déplacement en avion des Parisiens à Nantes, la veille, alors que la ville se trouve à environ deux heures en train : « PSG, je re-re-renouvelle notre proposition d'offre #TGV adaptée à vos besoins spécifiques, pour nos intérêts communs : sécurité, rapidité, services et éco mobilité. »

Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques

« M. Galtier, vous nous avez habitués à des réponses plus pertinentes et plus responsables »

Interrogé sur ce message et sur les préoccupations environnementales du club de la capitale, l'entraîneur du PSG a souri et marqué un temps d'arrêt, tandis que son attaquant Kylian Mbappé, présent à ses côtés, a éclaté de rire. Après quelques secondes, Galtier a fini par lâcher : « Je me doutais que l'on allait avoir cette question-là. Pour être très honnête avec vous, ce (lundi) matin, on a parlé avec la société qui organise nos déplacements, on est en train de voir si on ne peut pas se déplacer en char à voile. Voilà. »

L'ironie affichée par le technicien a provoqué de vives réactions sur les réseaux sociaux, et pas seulement de la part d'internautes anonymes. La ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques Amélie Oudéa-Castéra a lancé, lundi soir : « M. Galtier, vous nous avez habitués à des réponses plus pertinentes et plus responsables - on en parle ? »

Une source du club au PSG

« Il prend le sujet très au sérieux, comme tout le monde au club »

Ce mardi, la maire de Paris et forcément influente supportrice du PSG, Anne Hidalgo, a vertement réagi à son tour, sur un ton similaire, en tweetant avec une colère certaine : « Non mais ça va pas de répondre des trucs pareils ???? On se réveille les gars ??? Ici c'est Paris. »

François Ruffin appelle à « ramener les élites les pieds sur terre »

Selon RMC, les plus hautes sphères du PSG ont été agacées par la plaisanterie de l'entraîneur. « Il a voulu faire une pirouette à cette question extra-sportive, explique une source au sein du club. Ce n'est pas le coach qui s'occupe de la gestion des déplacements mais il prend le sujet très au sérieux, comme tout le monde au club. » Un club qui a tenu à rappeler qu'il avait pris le car pour son déplacement à Lille, le 21 août, et que cela pourrait aussi être le cas quand le PSG se rendra à Reims, Auxerre ou Troyes. Un club qui a aussi été agacé par la réaction de Mbappé. « Il s'est planté, il a pris ça à la légère », a-t-on expliqué au sein du PSG, toujours pour RMC.

Si le train est très rarement utilisé par les clubs de L1, il est beaucoup plus usité de l'autre côté de la Manche. Liverpool, début août, s'était notamment rendu par ce biais à Londres pour affronter Fulham. Plus généralement, les déplacements entre Manchester ou Liverpool et la capitale sont la plupart du temps réalisés en train plutôt qu'en avion, moyennant un trajet d'environ deux heures. Sollicité lundi soir, le clan Galtier n'a pas souhaité réagir « dans l'immédiat », choisissant de se « concentrer sur le match » de Ligue des champions contre la Juventus, ce mardi (21 heures).

En attendant, François Ruffin, le député LFI de la somme, interrogé sur France Inter ce mardi matin, a argumenté calmement, mais avec détermination : « Je suis partisan de la contrainte, mais de la contrainte démocratiquement organisée. Il ne doit pas y avoir de jets privés qui font Paris-Nantes. Quand on habite à Paris, on a tous les trains qu'on veut à la gare Montparnasse, à la gare du Nord, à la gare de l'Est ou à la gare d'Austerlitz. C'est une nécessité de ramener les élites, pas seulement les élites footballistiques, mais aussi les élites économiques et politiques, les pieds sur terre ! »