Christophe Galtier (PSG) a détaillé son management au festival « Demain le Sport »

Christophe Galtier ce jeudi lors du festival « Demain le Sport ». (E. Garnier/L'Équipe)

À l'occasion du festival « Demain le Sport », l'entraîneur du PSG a expliqué son mode de fonctionnement et la grande place qu'il accorde aux joueurs et au dialogue avec eux.

Christophe Galtier risque de regretter un certain temps sa blague sur le char à voile, le 5 septembre dernier, à la veille de PSG-Juventus en Ligue des champions (2-1), alors qu'il venait d'être interrogé sur les déplacements en avion de son équipe. Ce jeudi en début d'après-midi, dans le cadre du festival « Demain le Sport » coorganisé par L'Équipe, Radio France et France Télévisions, l'entraîneur du PSG, qui débutait à peine son intervention sur le thème « comment faire gagner une équipe ? La préparation invisible » dans le célèbre studio 104 de la Maison de la Radio, il a été pris à partie par un activiste écologique qui a brandi une pancarte « Climat en danger », tout en ajoutant « Galtier complice ».

« Merci pour l'accueil »

Avant de quitter la salle, le coach parisien a eu le temps de lui glisser habilement : « Ne confondez pas l'humour peut-être mal placé et le respect pour la planète. Je fais très attention, je viens de faire un aller-retour en train pour aller voir mon fils qui se faisait opérer. »« Merci pour l'accueil », a ensuite plaisanté le technicien avant de pouvoir développer son propos sur son expérience d'entraîneur et son management, et spécifiquement celui au PSG avec sa constellation de stars. « Au PSG nous avons des joueurs de classe mondiale, il est très important d'avoir en permanence un dialogue à la fois collectif et aussi individuel avec les joueurs. J'ai beaucoup travaillé en amont, dès que mon président m'a annoncé que j'allais être entraîneur », a expliqué Galtier.

« J'ai beaucoup lu d'interviews, regardé de reportages sur les uns et les autres pour essayer de cerner plus précisément la personnalité du groupe mais aussi de chaque joueur, a-t-il poursuivi. Puis après il y a la prise de contact. J'ai fait en sorte de beaucoup observer et beaucoup écouter. Petit à petit, j'ai commencé à avoir des échanges soit par secteur de jeu, ou de manière individuelle pour vite prendre la température mais aussi vite expliquer au groupe et aux joueurs ce que j'attendais d'eux. » L'ancien coach de Lille ou Saint-Étienne a aussi précisé que le « staff ne doit pas être trop mis en avant, ce sont les joueurs qui doivent l'être. »

lire aussi

Les tops-flops de la première partie de saison de Ligue 1, de l'OL au PSG (3/3)