Christophe Urios après la défaite de l'UBB en demi-finale de Top 14 : « Il n'y a pas de débat »

Christophe Urios était lucide après la défaite de l'UBB. (A. Mounic/L'Équipe)

L'UBB est tombée en demi-finales de Top 14, ce samedi, face à Montpellier (19-10). Son manager, Christophe Urios, a reconnu la supériorité des Héraultais.

Christophe Urios (manager de l'UBB après la défaite en demi-finales face à Montpellier) : « C'est une dure soirée. Le parcours s'arrête de façon brutale. Aujourd'hui (samedi), on pourrait dire que c'est une soirée logique. Le meilleur a gagné. Il n'y a pas de débat, ils ont été plus agressifs que nous, ils ont mieux joué au rugby que nous. J'ai du mal à comprendre pourquoi nous avons été si peu pétillants. On a été longtemps dans le match, mais c'est logique.

Peut-être que le barrage a pesé dans les jambes. On a fait deux demi-finales de Top 14, il faut revenir. Mais si on veut être champion, on ne peut pas avoir de trous d'air dans la saison. Il va y avoir des sujets à traiter. Ce n'est pas l'heure du bilan, mais il y a du travail. On n'a pas été assez acteur. On marque trois points et on prend un essai sur le renvoi. C'est une erreur qu'on ne doit pas faire à ce niveau. On ne marque pas dans les zones de marque. Il n'y a pas de hasard, il faut le comprendre. Je suis moins énervé qu'après Perpignan car il y a une logique. On était prêt, mais le meilleur a gagné. Cette saison est longue et difficile, mais j'ai beaucoup appris sur mon management et l'état d'esprit de mon équipe. »

lire aussi

Les tops-flops de Montpellier - UBB : Chalureau précieux au sol, Buros en difficulté

Mahamadou Diaby (capitaine de Bordeaux-Bègles) : « On a poussé mais on n'a pas eu cette continuité pour nous permettre de passer la ligne, et de revenir au score. On l'a déjà vécu, quand t'as six points d'avance à quelques minutes de la fin, à dix minutes d'une finale, tu serres les rangs en défense. C'est ce que Montpellier a fait, et c'est tout à leur honneur. Bravo à Montpellier pour le match, Montpellier a bien regardé le match qu'on a fait contre le Racing, on sait que lorsqu'on arrive à mettre de la vitesse, on peut-être très dangereux.

Difficile à dire si on a manqué de fraîcheur. Si Montpellier avait été moins bien, on aurait dit qu'il manquait de rythme, et que nous, on était dans la continuité. La touche n'a pas été aussi bonne que ce qu'on avait prévu, en mêlée, on n'a pas réussi à prendre le devant comme la semaine dernière. On savait qu'avec Montpellier, il y avait beaucoup de mêlées qui se jouaient au sol, et c'est à l'appréciation de l'arbitre. Les rampes de lancement n'ont pas été au top. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles