Christophe Urios (UBB) : « Il y a eu du gâchis »

Christophe Urios, le manager de l'UBB. (N. Luttiau/L'Équipe)

Quelques jours après l'élimination de son équipe en demi-finale du Top 14, Christophe Urios est longuement revenue mercredi sur la saison de l'UBB. Le manager girondin reconnaît certaines erreurs, mais estime que son équipe a tout de même progressé.

Ce mercredi, Christophe Urios a présenté le bilan de la saison de l'Union Bordeaux-Bègles, éliminée en demi-finales du Top 14 le week-end passé par Montpellier (19-10), et battu en huitièmes de finale de Coupe d'Europe par La Rochelle au mois d'avril. En fin de saison, plusieurs tensions étaient apparues entre le manager et certains cadres girondins (Jalibert, Woki).

« Il faudra arriver à trouver cette étincelle pour repartir, a notamment expliqué Urios, cité par Sud Ouest. Je crois que c'est encore plus vrai cette saison qu'on finit très déçus. Il y a eu du gâchis. C'est la première fois en trois ans qu'on traverse une période difficile. Elle doit nous faire progresser si on est capables de bien la solder, c'est-à-dire regarder la vérité en face. »

Christophe Urios

« Pour aller plus loin, il faut que je change et ça, c'est mon job de l'été »

Le technicien bordelais a surtout regretté que son équipe, bien partie en début de saison, ait manqué de rigueur et de régularité depuis le début de l'année 2022. Après plusieurs succès importants, comme au Stade Français (18-31), à Montpellier (22-23) ou contre Lyon (42-10), elle a inévitablement chutée, notamment à domicile avec six revers de suite contre le Racing, Pau, La Rochelle (deux fois) et Toulon.

lire aussi

Inconstance, tensions, blessures : au fil des mois, Bordeaux s'est éventé

« Il faut chercher à avancer en permanence, poursuit Urios. Le groupe a manqué d'engagement mais surtout, d'épaisseur mentale. Et ça, je veux que ça change. » Le manager a reconnu qu'il n'avait pas tout bien fait non plus cette année. « Je pense que j'ai été trop gentil, je n'ai pas été assez clair et précis, pas assez inspirant pour mon staff. Je n'ai pas voulu brusquer le groupe car il était jeune. Si c'était à refaire, je ne le referais pas de cette façon, a-t-il déclaré. Si je ne change pas, au mieux, on finira en demi-finale. Mais pour aller plus loin, il faut que je change et ça, c'est mon job de l'été. »

Christophe Urios

« Cela reste une saison réussie, mais pas optimisée. Il nous reste du travail, mais je trouve que le club et l'équipe avancent de façon générale »

Christophe Urios a tout de même fini sur une note positive, en n'oubliant pas que Bordeaux-Bègles était encore néophyte en phase finale il y a deux ans. Et il estime que les difficultés rencontrées ces derniers mois vont aider le club : « Ce fut une saison dure, longue et imprévisible. Elle doit nous faire progresser pour l'avenir. Cela reste une saison réussie, mais pas optimisée. Il nous reste du travail, mais je trouve que le club et l'équipe avancent de façon générale. »

Après un gros mois de vacances, les Bordelais se retrouveront pour la préparation de la saison le 25 juillet. Ils auront ensuite deux matches amicaux au programme, face à Bayonne le 20 août et contre Clermont le 26 août, avant la reprise du Top 14 le premier week-end de septembre.

lire aussi

Toute l'actu du rugby

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles