Chute du mur de Berlin : RDA coulée, RFA renforcée... Et à la fin, c'est l'équipe d'Allemagne réunifiée qui a gagné

Benoît Jourdain

Rome, le 8 juillet 1990. La RFA soulève sa troisième Coupe du monde après sa victoire (1-0) contre l'Argentine de Diego Maradona. Le sélectionneur de l'Allemagne de l'Ouest, Franz Beckenbauer, sait qu'une dernière page vient de s'écrire et qu'une nouvelle histoire va bientôt s'ouvrir. Car, depuis huit mois et la chute du mur de Berlin ce 9 novembre 1989, l'Allemagne est sur la voie de la réunification. Les joueurs de la RDA, autrefois rivaux sur le terrain, vont bientôt venir garnir les rangs de la Mannschaft ("l'équipe", en allemand).

Pour le "Kaiser" Beckenbauer – qui vient de soulever la coupe Jules Rimet en tant qu'entraîneur après l'avoir fait en tant que joueur seize ans plus tôt –, cela augure de lendemains qui chantent. Avec l'arrivée de footballeurs aussi talentueux que Matthias Sammer ou Andreas Thom, "notre équipe sera invincible pendant des années", prophétise-t-il. Pour les Allemands de l'Est, cette fin brutale marque cependant une rupture. D'un côté, les heureux élus, qui iront chercher gloire et prospérité à l'Ouest, et, de l'autre, ceux condamnés à galérer loin de l'équipe nationale et du prestigieux championnat d'Allemagne, la Bundesliga.

"Il était déjà clair que l'équipe de RDA n'existerait plus"

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Le sacre au Mondial italien a marqué un tournant outre-Rhin. "C'était la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale que nous étions (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi

À lire aussi