Cinq choses à savoir sur Robert Baloucoune, l'ailier de l'Ulster

·2 min de lecture

L'ailier supersonique de la province de l'Ulster, Robert Baloucoune (24 ans), auteur de trois essais contre Toulouse, dimanche dernier, en huitièmes de finale aller de la Coupe d'Europe, est un ovni dans le ciel irlandais.

D'abord le ballon rond
Son père, d'origine sénégalaise, pratiquait le football. C'est avec un ballon rond que Robert Baloucoune s'est d'abord illustré. Jusqu'à ce que ses copains l'incitent à les rejoindre pour jouer au rugby. Il avait quinze ans et, après son premier match, il n'est plus jamais revenu toucher du ballon rond. « On m'avait demandé de courir plus vite que mes adversaires, ce que j'ai fait. J'ai marqué un essai et ça m'a tout de suite plu. »

Comme Wilde et Beckett
Robert Baloucoune est né à Enniskillen, port fortifié situé à une centaine de kilomètres à l'ouest de Belfast, en Irlande du nord. Il a suivi ses études au sein de la Portora Royal School, qui compte parmi ses anciens élèves le poète et dramaturge Oscar Wilde (1864-1871), ainsi que l'écrivain Samuel Beckett (1920-1923), prix Nobel de Littérature qui, soit dit en passant, joua au rugby au poste de trois-quarts centre avant d'émigrer à Paris. De là à ce que Baloucoune signe au Stade Français...

Découvert à 7
Comme beaucoup d'attaquants avant lui, cet athlète (1,93 m, 99 kg) a porté le maillot de l'équipe d'Irlande à 7 avant d'être international à XV. Il a pour la première fois crevé l'écran en 2018 lors de la Coupe du monde à 7 disputée à San Francisco, et participa au premier titre remporté par l'équipe nationale irlandaise cette année-là, à Dublin, dans le cadre du Championnat d'Europe.

Dans le secret-défense
Doué d'une pointe de vitesse qui fait de lui le joueur le plus rapide de l'Ulster et l'un des meilleurs finisseurs du circuit mondial à 7, Robert Baloucoune a dû néanmoins redoubler d'efforts à l'entraînement pour accéder au plus haut niveau à quinze. En particulier en s'astreignant à des séances supplémentaires de défense afin de durcir son jeu au plaquage et mieux maîtriser les espaces au large en défense.

Une progression exponentielle
Quatre ans après avoir découvert le rugby, il est titulaire dans l'équipe de son université puis, deux saisons plus tard, à 21 ans, porte le maillot de la province de l'Ulster. L'année suivante, il débute en Coupe d'Europe (12 janvier 2019) contre le Racing 92 et inscrit le premier essai de son équipe, qui l'a emporté (26-22). Il a décroché sa première sélection internationale durant l'été 2021 contre les États-Unis. De quoi nourrir une carrière prometteuse au sein du XV d'Irlande.

lire aussi
Toulouse mise sur son « jeu debout » face à l'Ulster en Coupe d'Europe

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles