Les cinq France-Pologne les plus marquants

Gérard Soler (à gauche, en 1982) et Guillaume Hoarau (à droite, en 2011) ont tous les deux croisé la route de la sélection polonaise. (A. Mounic/L'Équipe)

La France affronte la Pologne ce dimanche (16 heures), en huitièmes de finale de la Coupe du monde. L'occasion de revenir sur les principales confrontations directes entre les deux nations.

1982 : après le drame de Séville, la petite finale perdue

Pour les Français, la Coupe du monde 1982 restera à jamais marquée par le drame de Séville, en référence à la demi-finale perdue aux tirs au but face à l'Allemagne de l'Ouest (3-3, 4-5 aux t.a.b.). Deux jours plus tard seulement, le 10 juillet, les Bleus remontent sur le pont pour aller chercher la troisième place. Face à eux se présente la Pologne, défaite 0-2 par l'Italie. Pour ce match sans réel enjeu, Michel Hidalgo décide de lancer ses habituels remplaçants. Parmi eux, on retrouve René Girard, qui évolue au poste de milieu défensif et qui ouvre la marque dès la 13e minute.

Comme face à la RFA, l'équipe de France va perdre le fil en l'espace de quelques minutes, encaissant deux buts juste avant la pause, signés Szarmach (41e) et Majewski (45e), puis un autre au retour des vestiaires, de Kupcewicz (47e). Alain Couriol a ensuite réduit l'écart (73e) mais il était trop tard (2-3). Quelques semaines plus tard, les deux nations se retrouvent à l'occasion d'un amical au Parc des Princes, et la Pologne délivre une leçon de football (victoire 4-0).

1966 : une première confrontation officielle remportée à l'arraché

En 1966, les Français avaient attendu le 22 octobre, et la réception de la Pologne au Parc des Princes, pour enfin gagner un match. À l'époque, Fleury Di Nallo (26e) et Georges Lech (85e) avaient répondu à Ryszard Grzegorczyk (61e, 2-1). Avant cette rencontre remportée dans les dernières minutes, la France, entraînée par Jean Snella, restait sur sept matches sans victoire, avec trois nuls et quatre défaites. Les Bleus avaient échoué au premier tour du Mondial en Angleterre en terminant dernière de son groupe, ce qui avait précipité le départ du précédent sélectionneur Henri Guérin.

Ce premier match officiel face à la Pologne marquait autant l'ouverture des éliminatoires de l'Euro 1968 qu'un nouveau chapitre pour des Bleus moribonds. Ces derniers valideront leur billet, en écrasant notamment les Blanc et Rouge au retour (4-1), et atteindront les quarts de la compétition organisée en Italie.

2000 : une reprise de volée zidanesque qui tombe à point nommé

Les champions du monde 98 concluent le deuxième millénaire avec l'Euro 2000 dans le viseur et l'intention de réaliser le doublé. Une série de matches amicaux est planifiée tout au long de l'année pour préparer au mieux la compétition. Le premier d'entre eux se joue au Stade de France, le 23 février, contre la Pologne. Les Bleus tombent sur un mur pendant 88 minutes. Le temps pour Zinédine Zidane d'enfiler son costume de sauveur.

Sur un coup franc à l'entrée de la surface, le numéro 10 voit sa première tentative être repoussée par le mur mais, le ballon revenant vers lui, il distille une reprise en demi-volée au ras du poteau. La suite est connue, la bande à Deschamps ira chercher le deuxième Championnat d'Europe de son histoire, pendant l'été.

2011 : l'éclair de Charles N'Zogbia en amical (2011)

La dernière confrontation entre Polonais et Français avait tourné à l'avantage des Bleus le 9 juin 2011, grâce à un but contre son camp de Tomasz Jodlowiec, au terme d'une prestation pleine de promesses (1-0). Des 24 joueurs emmenés par Didier Deschamps au Qatar, Hugo Lloris est le seul rescapé de cette rencontre amicale, même si le gardien de Tottenham n'avait pas joué à l'époque, laissant la place à Cédric Carrasso. À l'inverse, Robert Lewandowski, Wojciech Szczesny, Kamil Glik ou encore Grzegorz Krychowiak étaient déjà dans les rangs des Blanc et Rouge.

Guillaume Hoarau, Marvin Martin et Younès Kaboul avaient obtenu la confiance de Laurent Blanc, désireux de laisser sa chance à de nouvelles têtes en lever de rideau de la saison. L'ailier de Wigan, Charles N'Zogbia, en avait d'ailleurs pleinement profité. C'est lui qui avait offert la victoire en tentant sa chance depuis l'extérieur de la surface. Il disputait alors sa deuxième et dernière cape.

1995 : Youri Djorkaeff arrache le nul dans une fin de match de folie

Vingt ans après, l'équipe de France croise de nouveau la route de la Pologne lors des éliminatoires d'un Euro. Cette fois, elle bute à deux reprises sur le bloc des Aigles blancs. Après un match nul concédé à l'aller (0-0), la formation d'Aimé Jacquet ne peut faire mieux au retour, le 16 août 1995 (1-1). Et encore, elle a arraché un point en fin de match, profitant d'une supériorité numérique et d'un coup franc direct de Youri Djorkaeff (86e). Le milieu offensif avait trouvé la faille quatre minutes après un penalty raté par Bixente Lizarazu.