Cinq médailles de bronze pour la France aux Mondiaux de para-badminton, en attendant mieux

Après sa victoire aux JO, Lucas Mazur vise un troisième titre Mondial. (Para-badminton Photo)

La France a déjà décroché cinq médailles de bronze, samedi, aux Mondiaux de para-badminton à Tokyo. Lucas Mazur jouera lui pour un troisième titre mondial dimanche. Faustine Noël et Lénaïg Morin seront elles aussi en lice en double.

Lucas Mazur n'a pas traîné sur le court du Yoyogi Stadium. Un an après y être devenu champion paralympique, le Français de 24 ans a expédié sa demi-finale, ce samedi, face à l'Indonésien Hikmat Ramdani (n°20) en deux manches (21/11, 21/11). Pour décrocher un troisième titre mondial consécutif (catégorie SL4), après ceux de 2017 et 2019, il retrouvera dimanche un autre Indonésien, Fredy Setiawan (n°7), qu'il a joué à six reprises pour une seule défaite.


Deux médailles de bronze pour Faustine Noël

En revanche, vice-champions paralympiques l'été dernier, le double mixte qu'il forme avec Faustine Noël doit se contenter d'une médaille de bronze, défait par la paire thaïlandaise Saensupa-Teamarrom, plus solide dans le « money-time » (21/19, 21/19). « L'objectif de la compétition est d'aller chercher un troisième titre en simple, affirme Lucas Mazur. Malheureusement, ça ne s'est pas très bien passé en mixte. On n'a pas été au niveau espéré. Toute mon énergie ira donc sur mon simple de demain face à l'Indonésien Fredy que je connais très bien et que j'ai beaucoup rencontré. J'espère être au top de ma forme. »

Ambitieuse en arrivant au Japon, et engagée dans trois tableaux, Faustine Noël doit aussi se contenter de la médaille de bronze en simple, après avoir chuté face à sa bête noire, la Norvégienne Sagoey (n°2), qu'elle n'a jamais battue (7/21, 17/21). Mais elle disputera la finale du double femmes avec Lénaïg Morin (SL3/SU5), les deux Bretonnes (n°23) ont pris leur revanche de Tokyo, où elles avaient fini au pied du podium (4e) en éliminant au mental les n°1 mondiales, les Indiennes Ramadass-Mandeep Kaur (21/17, 13/21, 21/18). Elles défieront dimanche les Indonésiennes Oktila-Sadiyah (n°4), vice-championnes du monde en 2019.

« C'était dur pour moi après les défaites en mixte et en simple, admet Faustine Noël. Je ne voulais pas perdre une troisième fois. C'est notre revanche sur Tokyo où elles nous avaient privées du podium. Il ne nous reste plus qu'à aller chercher le titre. » Consciente qu'il s'agit de leur ultime opportunité ensemble, puisque la catégorie ne figure plus au programme des Jeux Paralympiques pour Paris 2024, Lénaïg Morin savoure : « C'est incroyable, on a tenu avec nos nerfs. On a vraiment tout donné. C'est génial ! »

Les autres Français qualifiés pour les demi-finales ont tous perdu et doivent se satisfaire d'une médaille de bronze mondiale. C'est le cas en double hommes SL3/SL4 de Guillaume Gailly et Mathieu Thomas (n°5), qui ont plié face aux champions du monde en titre, les Indiens Sarkar-Bhagat (n°1, 8/21, 16/21). Même chose en catégorie WH1/WH2 pour le double composé de Thomas Jakobs et David Toupe (n°9), qui ont fini par craquer face aux Malaisiens Ramli-Noorlan (n°2), après 1h12 de jeu (18/21 21/18 19/21).

Enfin, chez les SH6, Charles Noakes et Fabien Morat (n°2) terminent aussi en bronze après leur défaite en demi-finale face à la paire Tavares-Krajewski (n°5, Brésil/USA). Si les Français ont tenu le choc au premier set, le deuxième s'est avéré à sens unique (18/21 8/21).


lire aussi

Petit guide des classifications en para-badminton