Les cinq victoires de Genesio face au PSG à la loupe

En L1, Bruno Genesio affiche 45 % de victoires face au PSG. (F. Faugère/L'Équipe)

Avec Rennes, dimanche, Bruno Genesio a battu le PSG (1-0) pour la cinquième fois de sa carrière. Un record pour un entraîneur face au club de la capitale sous l'ère QSI.

11 matches, 5 victoires, 1 nul et 5 défaites. Après le succès rennais dimanche soir (1-0), voilà le bilan de Bruno Genesio dans ses confrontations avec le Paris Saint-Germain en Ligue 1, que ce soit avec l'Olympique Lyonnais ou le Stade Rennais. Ces cinq succès le placent devant les Christophe Galtier (4, avec Saint-Etienne, Lille, et Nice) et Antoine Kombouaré (3, avec Guingamp et Nantes) parmi les entraîneurs à afficher le plus de victoires face au club parisien depuis 2011. Retour sur ces cinq performances, réalisées à chaque fois à partir du même ingrédient : le soutien du public.

28 février 2016, OL PSG : 2-1Dans la peau du leader encore invaincu, le PSG de Laurent Blanc et Zlatan Ibrahimovic se rend au tout nouveau stade de Décines, encore appelé le Parc OL - où Lyon n'a pas encore connu la défaite - pour le compte de la 28e journée de Ligue 1. L'OL, qui est celui de Genesio depuis deux mois, est 8e au coup d'envoi et se doit de l'emporter pour espérer une improbable remontée vers le podium.

lire aussi : Le film du match

Dans un stade incandescent, ce sont les Rhodaniens qui enflamment la rencontre et lui donnent un rythme très intense, multipliant les situations dangereuses dès l'entame. L'OL est récompensé dès le quart d'heure de jeu : Rachid Ghezzal renverse le jeu sur Maxwel Cornet sur la gauche de la surface, lequel contrôle, crochète et trompe Kevin Trapp du pied droit. Mais l'OL ne s'arrête pas là et continue d'étouffer le PSG. Juste avant la mi-temps, Rafael centre pour Sergi Darder aux six mètres. L'Espagnol se la joue « Iniesta » selon les commentaires de Christophe Dugarry, en parvenant à réaliser un sombrero sur Thiago Silva et ajuster Trapp. Malgré la réduction de l'écart de Lucas Moura en début de seconde période, la charnière Yanga Mbiwa-Morel tient bon. Premier exploit de Genesio à la tête de l'OL, qui met fin à l'invincibilité du PSG.

21 janvier 2018 : OL-PSG : 2-1Quatrièmes avec 45 points, les Gones accueillent un PSG leader avec 56 unités, en ce lendemain de décès de Paul Bocuse. L'Olympique Lyonnais décide alors de rendre hommage à sa manière au « cuisinier du siècle ». Pas de soupe VGE au menu ni de poisson en écailles de pommes de terre, mais deux magnifiques galettes. Celle de Nabil Fekir, d'abord, est servie dès l'apéritif. On joue depuis moins de deux minutes, et le capitaine de l'OL, pourtant excentré à 35 mètres, expédie un coup franc direct qui surprend Alphonse Areola et trouve les filets.

Le Groupama Stadium s'embrase, se refroidit avant la mi-temps puisque Layvin Kurzawa égalise de fort belle manière, puis chauffe à nouveau lorsque Dani Alves est expulsé à l'heure de jeu pour contestation véhémente. Le dessert du soir est servi par Memphis Depay. Le Néerlandais, entré en jeu 25 minutes plus tôt, offre la victoire aux Lyonnais sur l'ultime action du match. Décalé sur la gauche par Fekir à l'entrée de la surface, Depay enroule un tir du droit qui termine dans la lucarne d'Areola, qui n'avait pas bougé. Encore meilleur qu'une tarte à la praline pour clôturer la soirée.

lire aussi : Le film du match

3 février 2019, OL-PSG : 2-1À l'époque, il ne fallait pas compter sur l'OL pour préserver son invincibilité. Le PSG de Thomas Tuchel, invaincu en Ligue 1, se déplace à Lyon en clôture de la 23e journée. Et même si Angel Di Maria ouvre le score rapidement (7e), les Gones répliquent et affichent davantage d'envie et d'agressivité. Bertrand Traoré, Nabil Fekir et Memphis Depay sollicitent tour à tour Alphonse Areola, mais le portier parisien finit par s'incliner suite à une erreur d'appréciation.

lire aussi : Le film du match

Le champion du monde manque sa sortie sur un centre de Léo Dubois, et laisse le loisir à Moussa Dembélé d'égaliser de la tête. Le numéro 9 lyonnais obtient ensuite un penalty en début de seconde période, que transforme son capitaine Nabil Fekir. Suffisant pour faire chuter le Paris Saint-Germain une troisième fois en quatre réceptions au Groupama Stadium. Depuis, les Lyonnais n'y sont plus parvenus sur leurs terres.

3 octobre 2021 : Rennes-PSG : 2-0Non, Bruno Genesio ne sait pas battre le PSG uniquement à Lyon et en hiver. En ce début d'automne 2021, le Stade Rennais a du mal à lancer sa saison et pointe à la 13e place après n'avoir gagné que deux fois en huit rencontres. À l'inverse, c'est un sans-faute pour les coéquipiers de la recrue Lionel Messi, qui ont signé un 8/8 avant donc de mordre la poussière en Bretagne.

Dans leur 4-4-2 à plat, les Rouge et Noir subissent en première période mais réalisent le hold-up parfait avant le repos grâce à leur homme en forme, Gaëtan Laborde. Et pour Paris, la deuxième période commence comme la première avait débuté : très mal. Flavien Tait donne deux buts d'avance aux Rennais dès la 46e minute et scelle la victoire qui aura eu le don de lancer la saison du SRFC. Et Genesio stoppe la série d'invincibilité du Paris Saint-Germain en Championnat pour la troisième fois.

lire aussi : Le film du match

15 janvier 2023, Rennes-PSG : 1-0S'il peine à performer hors de ses bases, le Stade Rennais de Bruno Genesio version 2022-2023 est intraitable au Roazhon Park, où il n'a perdu qu'une fois - contre Lorient (0-1) lors de la première journée. Et ce n'est pas la venue du PSG de Christophe Galtier qui déroge à la règle, battu pour la deuxième fois de suite en déplacement. Privé de Martin Terrier, Benjamin Bourigeaud, Warmed Omari, Baptiste Santamaria et Xeka, le technicien breton aligne un 5-4-1 au coup d'envoi, calqué sur le système parisien.

Choix payant : les Bretons signent un succès mérité dans leur antre, acté grâce au but du capitaine Hamari Traoré, peu après l'heure de jeu. Sur les bords de la Vilaine ce dimanche, après Laurent Blanc (2016), Unai Emery (2018), Thomas Tuchel (2019), et Mauricio Pochettino (2021), Bruno Genesio a donc fait tomber un cinquième entraîneur parisien différent. En cinq victoires face au PSG.

lire aussi : Le film du match

lire aussi : Décryptage : bloc discipliné et liberté créatrice, les clés du plan rennais face au PSG