Le clan Verstappen assume d'avoir dit non à Mercedes en 2014

Benjamin Vinel
·2 min de lecture

En 2014, faisait sensation pour sa toute première campagne en monoplace. Juste après avoir été couronné Champion du monde de karting, le jeune Néerlandais s'illustrait en F3 Europe, alternant arrivées dans le top 5 et abandons avant d'enchaîner six victoires consécutives à Spa-Francorchamps et au Norisring.

Max Verstappen, Toro Rosso et son père Jos Verstappen

Max Verstappen, Toro Rosso et son père Jos Verstappen<span class="copyright">Charles Coates / Motorsport Images</span>
Max Verstappen, Toro Rosso et son père Jos VerstappenCharles Coates / Motorsport Images

Charles Coates / Motorsport Images

Il n'empêche que le contraste est immense entre les deux écuries depuis que Red Bull a annoncé avoir recruté Verstappen le 12 août 2014 : la marque au taureau a remporté "seulement" 15 victoires par la suite, dont dix à l'actif du Néerlandais, tandis que Mercedes en a engrangé 93. De quoi être frustré ? "Non, pas vraiment", répond Jos Verstappen, lui-même ancien pilote de F1. "Je pense que c'est parfois un peu plus frustrant pour moi que pour Max, ou peut-être plus ou moins autant."

"Mais Max doit en tirer le maximum, évidemment. Nous sommes chez Red Bull, nous savons ce que nous devons faire. On peut être frustré, mais ça n'aide pas du tout, comme l'a déjà dit Max. Nous voulons tous que Max se batte pour le titre mondial, mais c'est aussi bien de travailler vers cet objectif ensemble. Il y a de la beauté là-dedans aussi. Espérons y parvenir chez Red Bull [en 2021]."

Et en ce qui concerne l'avenir, Verstappen dispose actuellement d'un contrat à long terme avec Red Bull et devrait donc courir pour l'équipe en 2022, alors que la motorisation de l'écurie pour cette saison-là demeure incertaine en raison du retrait de Honda prévu fin 2021. La marque au taureau a tout intérêt à convaincre sa star que son projet demeure bâti sur des bases solides ; là encore, le clan Verstappen va se concerter sans laisser le moindre détail au hasard.

"Bien sûr, le management de Red Bull nous tient bien informés de la situation, de ce qu'ils comptent faire et de leur objectif", indique Vermeulen. "Ce processus est en cours. Tout d'abord, une saison merveilleuse nous attend avec Honda. Nous sommes très optimistes quant à ce qui est prévu pour le moteur de l'an prochain. Mais nous sommes aussi très intéressés par ce qui va se passer à partir de 2022. Ils sont très ouverts et transparents vis-à-vis de Max à ce sujet. Nous attendons patiemment et sommes convaincus que la conclusion sera un succès."

Propos recueillis par Ronald Vording