Clara Burel vient à bout d'Alison Van Uytvanck et se hisse au 3e tour de l'US Open

Clara Burel est au troisième tour de l'US Open (R. Prange/Presse Sports)

Malgré des difficultés physiques, Clara Burel s'est imposée face à la 43e mondiale Alison Van Uytvanck (6-4, 4-6, 6-4), jeudi au deuxième tour de l'US Open.

Le tennis a beau être « un sport à la con » (citation généralement attribuée à Richard Gasquet), il offre parfois de belles histoires. Au bord de l'élimination au dernier tour des qualifications vendredi, voilà Clara Burel qualifiée pour le troisième tour de l'US Open grâce à sa victoire arrachée au courage face à la 43e mondiale Alison Van Uytvanck (6-4, 4-6, 6-4), jeudi soir sur le court n°5 de Flushing Meadows.

lire aussi

L'éclaircie Burel à l'US Open

Six jours après avoir sauvé cinq balles de match contre Misaki Doi (2-6, 6-4, 7-6 [10]), la première avec la pression de servir à la suite d'une longue interruption pluie, et deux jours après avoir remporté une victoire de prestige face à la récente gagnante de Wimbledon Elena Rybakina (6-4, 6-4), la Française de 21 ans égale la meilleure performance de sa (très jeune) carrière en rejoignant le troisième tour d'un Grand Chelem (elle l'avait déjà fait à Roland-Garros en 2020).

Van Uytvanck craque en fin de troisième set

Si le match n'a pas atteint des sommets tennistiques, Burel a eu le mérite de s'accrocher au coeur de sa tempête intérieure. Après la perte du deuxième set, marqué par ses grosses difficultés à tenir ses engagements (3/5 perdus) et à exister derrière ses secondes balles (38 % de points gagnés), la 131e mondiale aurait pu s'effondrer alors que son corps, notamment sa cuisse droite, donnait des signes de fatigue.

2

Avant cet US Open, Clara Burel n'avait jamais battu de joueuse du top 50 sur le circuit WTA (une fois en Fed Cup l'an passé contre Alexandrova, 32e) : elle vient d'en dominer deux successivement à New York (Rybakina 25e et Van Uytvanck 43e).

Poussée par le clan français, où se trouvaient notamment Julien Benneteau, Sébastien Grosjean, Paul-Henri Mathieu et Nicolas Mahut, Burel a fait le dos rond. Elle a aussi profité des quelques cadeaux bienvenus offerts par son adversaire (42 fautes directes au total contre 29 pour Burel), à l'image de ce smash dégueulé dans le filet sur balle de break d'entrée de troisième manche, ou de cette double faute suivie d'un coup droit décentré qui permettaient à la Bretonne de débreaker à 2-1. Puis, encore, d'une volée de revers facile qui échappait à la Belge à 3-3, 30A.

Au défi Sabalenka, la miraculée du deuxième tour

« Je n'en peux plus », soufflait Burel en se tenant la cuisse droite après un long rallye perdu dans le money time. Pourtant, malgré des deuxièmes balles poussées à 100 km/h, la Française tenait facilement ses derniers engagements. Et c'est Van Uytvanck qui craquait la première. Au moment de servir pour rester dans le match, à 5-4, cette dernière commettait quatre grosses fautes directes en début d'échange, dont trois en revers, qui offraient la victoire à Burel.

Au troisième tour samedi, elle défiera la 6e mondiale Aryna Sabalenka, miraculée ce jeudi : la Biélorusse était menée 6-2, 5-1 et a sauvé deux balles de match avant de renverser Kaia Kanepi (2-6, 7-6 [8], 6-4).

lire aussi

Le tableau femmes de l'US Open