Clara Matéo avant France-Norvège : « Une année riche en émotions »

Clara Mateo, lors de la demi-finale de l'Euro. (P. Lahalle/L'Équipe)

Après un Euro où elle est parvenue à tirer son épingle du jeu, Clara Mateo espère s'installer durablement en équipe de France avec laquelle elle vise la Coupe du monde l'été prochain.

« Comment s'est passé le retour en sélection après avoir manqué le rassemblement précédent ?
Je suis forcément très heureuse, j'avais subi un choc lors d'une journée de Championnat au niveau de la tête, j'ai une fracture au niveau de la pommette. J'ai dû jouer pendant quelque temps avec un masque. Là, ça va mieux. Cela s'est bien rétabli. Je suis très heureuse d'être de retour pour ce dernier rassemblement de l'année 2022.

2022 a été une année assez exceptionnelle pour vous. Quel a été le souvenir le plus marquant ?
Ç'a été une année assez riche en émotions, pleine de découvertes. J'ai pu prendre de l'expérience pendant l'Euro. Ça reste une belle expérience. Il y a de la déception avec l'issue du match face à l'Allemagne, on aurait aimé connaître une autre fin de match. Cet Euro a un goût d'inachevé. Mais en tout cas, ç'a été une découverte. On a pu prendre de l'expérience. J'espère qu'on va se servir de nos erreurs pour avancer et aller de l'avant.

Votre profil polyvalent est un plus pour l'équipe de France. Qu'est-ce que cela vous a apporté dans votre progression de ne pas jouer au même poste en club et en sélection ?
Tout est bon à prendre. On progresse chaque jour aux entraînements et ensuite chaque week-end en match. Le fait d'évoluer à un poste différent du club, ça m'apporte aussi au quotidien. J'essaye d'apporter en équipe de France ce que j'apprends en club et inversement. Le fait d'évoluer à différents postes me permet d'essayer de compléter ma palette et de développer différentes qualités et de faire progresser le collectif.

lire aussi : Lindsey Thomas avant France-Norvège : « Je suis partie pour me retrouver moi-même »

Est-ce que vous vous êtes étonnée vous-même d'être performante même en changeant de poste ?
J'ai essayé de ne pas trop me poser de questions. J'ai essayé de vivre le moment présent, d'être dans le match à l'instant T. C'est une force qu'il faut continuer à développer dans le but de dès qu'on peut faire la passe, on fait la passe. Dès qu'on peut dribbler, on essaye de dribbler. Être là pour essayer d'être joignable entre les lignes et de casser des lignes adverses quand on a le ballon. Ce sont des aspects individuels mais toujours là pour faire briller le collectif.

Quel est le poste où vous vous sentez le plus à l'aise ?
Il n'y en a pas vraiment. Ça dépend vraiment de ce qui est demandé, de l'opposition, du système mis en place. Je peux évoluer à différents postes, mais je pense qu'on est plusieurs dans ce cas. Ce qu'il faut, c'est réussir à trouver une complémentarité entre chacune des joueuses, car, en fonction des joueuses avec lesquelles je suis associée, ça va aussi jouer là-dessus. Peu importe le poste où on va me faire jouer, je vais donner le meilleur de moi-même.

Si, l'an dernier, on vous avait dit que vous postuleriez pour le Mondial, vous l'auriez cru ?
C'était un objectif sur le plus long terme. J'avais un objectif un petit peu plus proche, c'était vraiment l'Euro. Il faut réussir à bien performer en club. Il faut travailler tous les jours en club, être performante pour ensuite pouvoir prétendre à préserver ma place, ici, en équipe de France. Je suis consciente de tout cela, qu'il faut continuer à travailler.

lire aussi : Toute l'actualité du foot féminin

Avec le Paris FC, vous travaillez très bien, vous êtes troisièmes, pas très loin du PSG et de Lyon. Est-ce que vous pouvez viser la deuxième place cette saison pour faire mieux que l'an dernier ?
On a pris conscience qu'on avait tout pour essayer de disputer les trois premières places du Championnat. L'année dernière, on était un peu l'équipe surprise. Cette année, on voit qu'on est un peu l'équipe attendue. On a changé de statut. Les équipes qui vont faire match nul contre nous vont être contentes. C'est encore plus dur de performer. Le Championnat devient plus homogène. On sait qu'il se resserre. On est toutes des compétitrices, on veut regarder plus haut. La troisième place est loin d'être acquise, il va falloir se battre pour la conserver. On a eu des accros, en ce début de saison. Ce qui est important, c'est de réussir à engranger des points sur des équipes actuellement derrière nous au classement. Il faut aussi essayer d'accrocher les deux clubs devant nous, ce qu'on n'a pas réussi à faire la saison dernière. Il y a une carte à jouer pour tout le monde. »