Claude Atcher, directeur général de France 2023, mis à pied

Claude Atcher. (F. Faugère/L'Équipe)

INFO L'EQUIPE. Mis en cause dans une enquête publiée par « L'Équipe » en juin dernier pour son management brutal, Claude Atcher, directeur général du GIP France 2023, a été mis à pied à titre conservatoire avec effet immédiat ce lundi, annonce le ministère des Sports.

Le 22 juin dernier, L'Équipe publiait sur trois pages un récit alarmant, porté par une quinzaine de témoins, décrivant le climat social toxique et le management par la terreur ayant cours dans l'open-space du 24 de la rue Saint-Victor, en plein coeur de Paris, où sont installés les bureaux du GIP (Groupement d'intérêt public) France 2023.

Le soir même de nos révélations, la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra faisait savoir qu'elle saisissait sans délai l'Inspection du travail, ainsi que le comité d'éthique du GIP. Le ministère avait pris connaissance « d'éléments préoccupants » et souhaitait « faire la lumière », insistant pour que « les conclusions de ces investigations lui soient transmises le plus rapidement possible ».

Des pratiques managériales jugées alarmantes par le comité d'éthique

Ce lundi, quelques jours après la restitution du rapport du comité d'éthique (le 18 août), le ministère des Sports a fait savoir que Claude Atcher (66 ans) était « mis à pied à titre conservatoire avec effet immédiat, pendant le temps nécessaire à la clôture de l'enquête menée actuellement par l'inspection du travail et jusqu'à la décision définitive qui découlera de la procédure disciplinaire ».

Cette décision a été prise de concert avec la FFR et le CNOSF, les deux autres actionnaires du Comité d'organisation de la Coupe du monde, qui aura lieu en France du 8 septembre au 28 octobre 2023. Rappelons que l'État dispose de 37 % des droits et obligations du GIP, la FFR 62 % et le CNOSF 1 %.

« Le rapport du comité d'éthique fait état, de la part du directeur général M. Claude Atcher, de pratiques managériales alarmantes altérant le fonctionnement de la structure, et de l'état de souffrance d'un certain nombre de collaborateurs », précise le ministère des Sports dans un communiqué.

Claude Atcher, qui « ne sera plus présent ni actif, directement ou indirectement au sein, au nom et pour le compte du GIP pendant toute la période de sa mise à pied conservatoire », sera remplacé provisoirement par Julien Collette, directeur général adjoint de France 2023. Un conseil d'administration exceptionnel du GIP se réunira ce vendredi pour ratifier cette décision.

Une autre enquête administrative ouverte sur les frais de VTC

Par ailleurs, une mission conjointe de l'inspection générale des finances et de l'inspection générale de l'éducation, du sport et de la recherche est déclenchée par l'État pour analyser l'existence d'éventuels manquements à la probité économique et financière après d'autres révélations de L'Équipe portant notamment sur des frais indus de VTC quand bien même Claude Atcher disposait d'une voiture de fonction.

lire aussi

Enquête sur les frais de VTC de Claude Atcher

Dans quelques jours, du 7 au 22 septembre, Claude Atcher comparaîtra devant la 32e Chambre du Tribunal correctionnel de Paris pour répondre de trois délits d'ordre financier qui lui sont reprochés par le Parquet national financier. Bernard Laporte, président de la FFR, Serge Simon, vice-président de la FFR, Mohed Altrad, président du club de Montpellier et principal soutien financier de la FFR ainsi que Benoît Rover, associé de longue date d'Atcher, seront les quatre autres prévenus dans ce procès.