CMA CGM, nouveau sponsor maillot de l'OM

Le prochain maillot porté par les Phocéens ornera leur nouveau sponsor, CMA CGM. (B. Paquot/Presse Sports)

L'armateur marseillais CMA CGM va devenir le nouveau sponsor principal de l'OM et s'afficher sur les maillots olympiens à partir de juillet 2023 pour deux saisons, ont annoncé jeudi les deux parties.

L'OM avait annoncé mercredi dans un communiqué mettre un terme à son partenariat avec Cazoo, son sponsor principal, qui s'affichait aussi sur les tuniques des Phocéens. On sait désormais que c'est l'armateur marseillais CMA CGM, numéro trois mondial du fret maritime, qui prendra le relais et s'affichera sur les maillots de l'OM à partir de juillet 2023 pour deux saisons.

Selon les termes de ce contrat, qui fait du poids lourd du transport maritime le « partenaire principal » du club de Ligue 1, « CMA CGM sera présent sur la face avant des maillots de toutes les équipes de l'Olympique de Marseille », masculines, féminines et de jeunes, peut-on lire dans un communiqué.

lire aussi : Toute l'actualité du football

Son logo s'affichera aussi à partir du 1er juillet 2023 sur les installations du club, le stade Vélodrome et le centre d'entraîneur Robert Louis-Dreyfus (« La Commanderie »), symbole d'un partenariat décrit comme « une évidence » entre ces deux grandes institutions marseillaises.

Un accord d'une portée plus large que le précédentCMA CGM, dont le siège domine le port de Marseille, succédera à Cazoo, dont le logo orne le maillot olympien depuis le début de la saison. Cette start-up britannique, spécialisée dans la vente de voitures en ligne, avait signé pour trois ans mais a été contrainte d'abandonner ses activités de sponsoring sportif en raison de difficultés économiques.

Le montant de l'accord entre l'OM et CMA CGM n'a pas été dévoilé mais de sources proches du dossier, on évoque des sommes « dans les standards du marché » actuel. L'accord entre le club et l'armateur est d'ailleurs d'une portée plus large que le précédent contrat avec Cazoo, qui n'incluait pas l'équipe féminine, par exemple, et oscillait entre 6 et 8 millions d'euros par an selon différentes sources.