Coaching - Salles de sport : une reprise contrastée

·2 min de lecture

Réouvertes en juin après de nombreux mois de fermeture, les salles de sport ont vécu un été compliqué avec l'instauration du pass sanitaire. Mais elles semblent voir, depuis mi-septembre, le bout du tunnel grâce à un retour significatif des pratiquants. La crise du Covid-19 a été longue pour les professionnels du monde du sport et notamment pour les exploitants de salles de sport. Fermées pendant près de 12 mois depuis mars 2020, les studios ont pleinement rouvert leurs portes le 9 juin dernier. Depuis, les professionnels ont vécu un été compliqué, la faute à l'instauration du pass sanitaire en juillet qui a dissuadé certains sportifs amateurs de retrouver le chemin des salles. lire aussi 5 exercices à faire depuis son bureau « Le mois d'août a été catastrophique à cause du pass sanitaire, souligne Céline Rémy Wisselink, cofondatrice des clubs de sport Neoness. On a eu beaucoup de gens qui n'ont pas pu venir dans les salles ou ne se sont pas réinscrits car ils n'étaient pas vaccinés. » Même son de cloche du côté du groupe Fitness Park : « Entre mi-juillet et mi-septembre, on a eu peu d'inscriptions, reconnaît Philippe Herbette, PDG du réseau Fitness Park. On a fait des promotions agressives, comme on l'a rarement autant fait. » Les salles se remplissent à nouveau Mais depuis mi-septembre, les salles semblent respirer à nouveau, face au retour de nombreux adhérents. « On a vraiment vu l'effet vaccination et on a retrouvé des niveaux de fréquentation et de ventes qui sont conformes à une année d'avant crise, pointe Céline Rémy Wisselink. Les choses se normalisent, les gens sont autorisés à pratiquer sans masque grâce au pass sanitaire et retrouvent donc un confort de pratique. » Céline Rémy Wisselink, cofondatrice des clubs de sport Neoness « On voit que les gens sont heureux de se retrouver » Une reprise qui rassure dans le milieu, « on voit que les gens sont heureux de se retrouver », sourit Céline Rémy Wisselink. Les clubs ont d'ailleurs vu l'arrivée de nouveaux pratiquants qui faisaient peu (voire pas) de sport avant la crise sanitaire. Cette dernière ayant déclenché pour certains des prises de conscience sur l'impact positif de l'activité physique sur la santé. « Quand on interrogeait les nouveaux arrivants lors de la réouverture en juin, il y avait plus de nouvelles personnes qui n'avaient jamais pratiqué de sport qu'en temps normal, reconnaît le dirigeant de Fitness Park. Ils ont permis de compenser ceux qui avaient pris de nouvelles habitudes pendant le confinement comme ceux qui préfèrent désormais le sport en extérieur ou à la maison ». « C'est vrai que les gens ont mis plus de temps à reprendre leur routine sportive car ils avaient perdu l'habitude de faire des choses en dehors de leur lieu de vie », ajoute Ariela Picciotto de Classpass, une application qui donne accès à de nombreux studios de sport via un abonnement. Mais les prévisions de chiffre d'affaires restent dans le rouge. Moins 70 % de CA pour Fitness Park en 2020, moins 50 % du côté de Neoness. « On a mis plus de 20 ans à construire un parc d'un million d'abonnés, il nous faudra plus d'un an pour le retrouver, assure Philippe Herbette. Mais on ne devrait pas fermer de salles dans les prochains mois. » De son côté, la société américaine Classpass, créée en 2013, a dû licencier près de la moitié de ses effectifs dans le monde (soit 350 personnes sur 700). « Mais les choses rebougent dans le bon sens, on recommence à recruter depuis quelques semaines », nuance Ariela Picciotto. Si les salles de sport ont été marquées au fer rouge par cette crise du Covid-19, elles restent optimistes pour les mois à venir. « On est confiant, on est beaucoup mieux armé pour gérer l'accueil du public même en période de pandémie avec des systèmes de jauges ou grâce aux masques », souligne Céline Remy Wisselink.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles