Coca-Cola déclare sa flamme à Paris 2024

Claire Revenu, directrice générale des Jeux de Paris 2024 chez Coca-Cola France et Tony Estanguet, patron du COJO, lors de la présentation du partenariat à l'INSEP. (DR)

La boisson gazeuse, partenaire mondial du CIO, devient parrain officiel du relais de la flamme de Paris 2024 ; le deuxième après le groupe BPCE.

Dans la terminologie marketing de Paris 2024, on appelle cela une « propriété signature ». Dans le langage normal, un droit qui permet aux gros partenaires de s'associer à l'un des trois événements publics hors des sites officiels et au comité d'organisation des Jeux parisiens de se rapprocher des 80 % de recettes sponsoring (sur un total de 1,1 milliard d'euros) d'ici la fin de l'année, comme l'a promis son patron Tony Estanguet.

Partenaire mondial du CIO jusqu'en 2032, et donc automatiquement de Paris 2024, Coca-Cola ajoute une nouvelle brique à son contrat en devenant parrain du relais de la flamme olympique. Le deuxième, après le groupe BPCE déjà partenaire premium et qui l'a annoncé le 21 juillet dernier, et avant un troisième parrain attendu d'ici fin 2022. « Coca-Cola est dans huit foyers sur dix alors on croit qu'on a un rôle à jouer pour contribuer à des Jeux ouverts à tous et vecteurs d'émotion », a expliqué Claire Revenu, directrice générale Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 pour Coca-Cola France, mardi à l'INSEP lors de la présentation du partenariat.

Alors que Paris 2024 s'apprête à dessiner, à partir de novembre, le tracé du relais de la flamme dans l'Hexagone et Outre-mer, l'arrivée d'un nouveau gros partenaire va contribuer à financer les dépenses estimées à 450 000 euros par jour pour le relais, sachant qu'il est demandé 150 000 euros nets à chaque département qui s'engage. Malgré la contestation de plusieurs d'entre eux, une soixantaine a déjà rejoint le programme, a annoncé Tony Estanguet depuis l'INSEP.

96

Les années de partenariat de Coca-Cola avec le CIO qui en fait un le plus ancien sponsor. Lors du renouvellement de son contrat en juin 2019, la boisson s'est associée au groupe laitier chinois Mengniu.

Le parcours définitif sera connu au milieu de l'année 2023 et devrait se dérouler entre 70 et 80 jours en traversant près de 700 villes. Le patron de Paris 2024 mise sur cet événement emblématique des Jeux pour « aller à la rencontre de tous les Français dans tous les territoires » et « valoriser la place du sport en France ». Outre le financement du programme, les partenaires seront associés aux réunions de travail sur la trame du parcours et en charge de l'organisation des fêtes, concerts et autres animations dans les villes étape, a précisé Delphine Moulin, en charge du relais et des célébrations au COJO.

Coca-Cola pourra également recruter un millier de porteurs de la flamme que le groupe choisira en partie parmi les jeunes issus des quartiers sensibles (quartiers prioritaires de la ville) qui font du sport avec l'association Sport dans la ville, soutenue par la boisson. Le parrain est aussi en phase avec la promesse de Jeux écolos et durables du COJO puisque la marque est engagée dans une vaste démarche pour réduire son empreinte carbone et diminuer ses emballages.

Pendant les Jeux, toutes les boissons du groupe (Coca-Cola, Fanta, Sprite, Fuze Tea...) seront ainsi délivrées via des fontaines hybrides et servies dans des gobelets réutilisables, fournis par Paris 2024. « On travaille avec les équipes de Paris 2024 dans la cinquantaine de sites où nos boissons seront distribuées », précise Claire Revenu. La marque souhaite également consigner les bouteilles en verre et assure que tous les équipements mis en place pendant l'événement seront ensuite redéployés chez ses clients.

lire aussi

L'actualité des JO de Paris 2024