Le comité directeur de la LNH appelle Bruno Martini à démissionner

Le comité directeur de la LNH demande à Bruno Martini de quitter ses fonctions à la tête de la Ligue. (A. Berg/L'Equipe)

Sur le point d'être condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineur, Bruno Martini a été appelé par le comité directeur de la Ligue nationale de handball à démissionner. En cas de refus, les membres du comité sont mêmes prêts à rendre leur mandat pour entraîner de nouvelles élections.

Les heures de Bruno Martini à la tête de la Ligue nationale de handball (LNH) sont comptées. Réuni mercredi, le comité directeur de l'instance a annoncé dans un communiqué qu'il attendait la démission de son président « dans les plus brefs délais ». L'ancien gardien de but est sur le point d'être condamné à un an de prison avec sursis pour « corruption de mineur, détention et acquisition d'images pédopornographiques »selon les informations du Parisien.

« Dans un premier temps, les dirigeants de la LNH attendent la probable et souhaitable démission de Bruno Martini, sachant qu'une éventuelle condamnation conduirait de droit à une impossibilité d'exercice de la fonction », rappelle le communiqué, évoquant les faits « d'une extrême gravité » reprochés à Martini. Si le président de la LNH refusait de quitter son poste, le comité directeur a déjà prévu sa riposte.

lire aussi : Martini poursuivi pour « corruption de mineur » et « enregistrement d'images pédopornographiques »

Tous ses membres « sont prêts collectivement à rendre leur mandat pour entraîner l'organisation de nouvelles élections et la fin des fonctions du Président », précise encore l'instance. Une assemblée générale élective est déjà prévue le 7 mars. En attendant, le vice-président David Tebib « représente la LNH en s'appuyant sur l'ensemble des familles qui composent le handball ».

La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, avait également appelé la Ligue à « prendre toutes les décisions qui s'imposent, tant sur le plan des sanctions disciplinaires que sur le futur de la gouvernance », après les révélations de Franceinfo mercredi matin.