Comptes de campagne de 2017 : Les mises en examen validées dans l’enquête sur la France Insoumise

Comptes de campagne de 2017 : Les mises en examen validées dans l’enquête sur la France Insoumise

ENQUETE - La mandataire financière du candidat, Marie-Pierre Oprandi, et le député Bastien Lachaud, avaient déposé des requêtes en annulation des poursuites les visant

L’enquête scrute les comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon lors de la présidentielle de 2017. Jeudi, la cour d’appel de Paris a validé les mises en examen de cette investigation, a-t-on appris ce lundi de source judiciaire.

L’association l’Ere du peuple, fondée en 2015 par des proches du leader de la France Insoumise, la mandataire financière du candidat, Marie-Pierre Oprandi, et le député Bastien Lachaud, avaient déposé des requêtes en annulation des poursuites les visant, qui ont été examinées le 16 juin par la chambre de l’instruction de la cour d’appel. Selon la source judiciaire, « la chambre de l’instruction a dit n’y avoir lieu à aucune des annulations sollicitées ».

Une différence de plus de 150.000 euros

Sollicités par l’AFP, les avocats des mis en cause n’ont pas souhaité faire de commentaires. Dans ce dossier, les juges d’instruction se penchent depuis novembre 2018 sur l’utilisation des fonds publics par l’équipe du candidat LFI pour la campagne de 2017.

L’Ere du peuple avait facturé 440.027 euros au candidat pour des locations de salles ou de matériel informatique et des prestations intellectuelles de ses quatre salariés, parmi lesquels les députés Bastien Lachaud et Mathilde Panot. La Commission nationale des comptes de campagne (C(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Affaire Quatennens : « Il n’y avait pas d’autres choix » que sa mise en retrait de LFI, reconnaît Manon Aubry
Que sait-on vraiment de l' « affaire Adrien Quatennens » ?
Rousseau (EELV) appelle Quatennens à se mettre « en retrait de toute parole publique »
Assemblée nationale : La France insoumise va présenter une proposition de loi qui interdit la corrida
Ce que la polémique sur la « gauche des allocs » dénoncée par Fabien Roussel dit de la Nupes