Vu de Tchétchénie. Pour Ramzan Kadyrov, “les criminels n’ont pas de nationalité”

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Les autorités russes et tchétchènes ont réagi à l’annonce de la nationalité russe et de l’origine tchétchène d’Abdoullakh Anzorov, le jeune auteur de l’attentat contre l’enseignant Samuel Paty, à Conflans-Sainte-Honorine.

Abdoullakh Anzorov, 18 ans, auteur de l’attentat terroriste contre le professeur d’histoire Samuel Paty, est d’origine tchétchène et né à Moscou. Comme le rapporte le journal gouvernemental russe Rossiiskaïa Gazeta, les autorités russes, en l’occurrence pour l’instant l’ambassade de Russie à Paris, ont jugé utile d’“apporter des éclaircissements” à ce sujet.

“Ce crime n’a aucun rapport avec la Russie, car cet individu demeurait en France depuis douze ans et sa famille avait été acceptée par la partie française”, a déclaré le chef du service de presse de l’ambassade, Sergueï Parinov, avant de rappeler quelques faits.

Où, quand et pourquoi cet homme a-t-il rejoint l’idéologie terroriste ?

Anzorov est arrivé en France en 2008, où sa famille a obtenu l’asile politique. À sa majorité, il a reçu un permis de séjour de dix ans. L’obtention du statut de réfugié provoque automatiquement la déchéance de la nationalité russe, c’est pourquoi il n’a jamais eu de contact avec l’ambassade de Russie. “Dans le cas présent”, a souligné Sergueï Parinov,

l’important n’est pas le lieu de naissance de la personne, mais où, quand et pourquoi elle a rejoint une idéologie terroriste, laquelle est toujours et sans réserve condamnée dans toutes ses manifestations par la Russie”.

À lire aussi: Vu de l’étranger. Dijon, cité “paisible” et futur “bastion de gangs” ?

Ramzan Kadyrov, dirigeant de la République de Tchétchénie (qui, pour rappel, appartient à la

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :