Congé paternité des sportifs de haut niveau : le sport professionnel peut encore être rétrograde

·1 min de lecture

Les sportifs de haut niveau sont-ils des salariés comme les autres ? Le joueur de rugby de Grenoble Jim Nagusa a décidé de prendre son congé paternité, et il essuie de nombreuses critiques dans le milieu du rugby. Son exemple montre à quel point le sport professionnel peut encore être rétrograde sur certains sujets. 

"Il prend son club en otage", "quelle attitude égoïste", "il est pourtant bien payé pour vivre de sa passion". Jim Nagusa entend en ce moment autant de noms d’oiseaux que de gazouillis de son nourrisson. De quoi est-il coupable ? D’avoir pris son congé paternité pour l’arrivée de son nouveau-né. Effectivement, c’est grave…

Depuis le 1er juillet en France, un père a droit à 28 jours de congé pour la naissance d’un enfant. Donc légalement, rien de répréhensible. Mais de nombreux anciens joueurs, entraîneurs ou dirigeants trouvent que ça équivaut à trahir son club et ses coéquipiers. Rien que ça. Soit dit en passant, depuis le temps qu’il est blessé, Nagusa n’a pas joué une minute avec Grenoble cette saison. Mais c’est maintenant qu’il prend son congé paternité qu’il manquerait cruellement à son équipe ? Soyons sérieux. C’est surtout que le sport professionnel véhicule une image de virilité mal placée dont beaucoup sont encore très fiers, et en gros, les couches et les biberons, ça reste le travail des femmes. Il va peut-être falloir évoluer un peu.

D’ailleurs ce sont plutôt les anciens sportifs qui sont les plus virulents dans la critique de Nagusa. La nouvelle g...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles