Le Conseil d'Etat rejette le recours de Claude-Boxberger contre sa suspension

La suspension provisoire d'Ophélie Claude-Boxberger n'est pas levée par le Conseil d'Etat. Son recours, examiné le 3 janvier, a été rejeté ce lundi. L'athlète française de 31 ans, spécialise du 3.000m steeple, a été contrôlée positive à l'EPO en septembre dernier. Depuis, l'affaire a connu une série de rebondissements.

Ophélie Claude-Boxberger clame son innocence et assure que son beau-père Alain Flaccus, qui fait partie de son encadrement sportif, lui aurait inoculé une piqûre d'EPO à son insu, alors qu'elle s'était assoupie après un massage. Une version livrée également par Alain Flaccus lors de sa garde à vue.

La Franc-comtoise, multiple championne de France, a porté plainte pour empoisonnement auprès du tribunal de grande instance de Montbéliard (Doubs) le 17 décembre. Ophélie Claude-Boxberger, qui dénonce une "machination", a révélé le passé douloureux qui la lie à Alain Flaccus, expliquant avoir des années plus tôt déposé puis retiré une plainte contre lui pour agression sexuelle.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Le compagnon de sa mère aurait agi, selon elle, par jalousie, l'athlète ayant une relation sentimentale avec le Dr Jean-Michel Serra, ancien directeur du service médical de la Fédération française d'athlétisme (FFA). Une source proche du dossier avait appelé à "la prudence" sur cette version, en évoquant l'hypothèse qu'Alain Flaccus ait fait le choix de "se sacrifier" pour que la fille de Jacky Boxberger, ex-spécialiste français...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

À lire aussi