Un conseil olympique et paralympique lundi à l'Élysée

le Président Macron avec Tony Estanguet lors d'une visite du village olympique en octobre dernier. (A. Réau/L'Équipe)

Emmanuel Macron réunira lundi matin une dizaine de ministres et secrétaires d'État pour faire un point complet sur les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, en présence de Tony Estanguet.

La « réunion de chantier » sur les Jeux Olympiques et Paralympiques, selon l'expression employée jeudi par le chef de l'État lors de la 18e étape du Tour, s'annonce chargée. Il est peu probable que la Première ministre Élisabeth Borne et la dizaine de ministres et secrétaires d'État réunis lundi matin à l'Élysée aient le temps de parler du vainqueur de la Grande Boucle.

Parmi eux : Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques, Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances mais aussi le nouveau préfet de police de Paris Laurent Nunez, le préfet d'Île-de-France Marc Guillaume, le délégué interministériel aux Jeux Olympiques et Paralympiques Michel Cadot. Seul représentant de Paris 2024, son patron Tony Estanguet.

Une priorité pour Beauvau

À deux ans de l'ouverture des Jeux, le 26 juillet 2024 par une cérémonie inédite sur la Seine, deux thèmes seront abordés lors de ce « conseil olympique et paralympique ». La livraison proprement dite de l'événement avec un point sur la sécurité, les transports et leur accessibilité, l'emploi, l'hébergement ou encore l'accueil des délégations étrangères qui nécessitera une politique de visas.

Après le fiasco de la finale de la Ligue de champions au Stade de France, la question de la sécurité des Jeux, et en particulier de la cérémonie d'ouverture, sera largement débattue. Le ministre Gérald Darmanin en profitera pour « redire que la préparation des Jeux sera sa priorité pour les mois à venir et celle du préfet de police », dit-on du côté de la place Beauvau alors qu'une réunion a encore eu lieu cette semaine.

Comment sécuriser les 6 km de quais de Seine le long desquels sont attendues plus de 600 000 personnes, assurer la sécurisation du ciel ou encore pallier le manque d'agents de sécurité privée en faisant appel à des réservistes du ministère de la Défense ?

Les questions sont nombreuses mais pas de nature à renoncer au lieu emblématique choisi par le COJO, la Seine, ni au standard du dispositif prévu, même si le ministère de l'Intérieur attend que le projet artistique de Paris 2024 soit finalisé. Le leitmotiv n'a pas changé : la cérémonie est « un défi que nous sommes en mesure de relever ».

« Utiles à tous les Français »

L'autre grand thème abordé par Emmanuel Macron et le gouvernement sera « la pleine mobilisation de l'ensemble des Français », souligne-t-on à l'Élysée. Pour ce faire, un point sera fait sur la politique de billetterie, avec une grille tarifaire qui sera dévoilée en fin d'après midi par Paris 2024, et la façon d'impliquer tous les territoires.

« Le président veut rendre fiers les Français avec les cérémonies sur la Seine et place de Concorde (pour les Jeux Paralympiques) et aussi les résultats de nos sportifs », poursuit-on à la présidence. « Nous voulons que ces Jeux soient utiles à tous les Français. » En toile de fond, le développement du sport dans tout le pays, à l'école, dans l'entreprise, pour rester en bonne santé... bref faire enfin de la France une nation sportive.

Non invitées, Hidalgo et Pécresse protestent

Dans un communiqué commun, publié vendredi après-midi, Anne Hidalgo, maire de Paris et Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, déplorent de ne pas avoir été invitées à participer à la réunion de lundi à l'Élysée. « Le président de la République a indiqué qu'il tiendrait à la rentrée un ''point d'étape avec les élus''. Même si un tel fonctionnement en deux temps est rarement source d'efficacité, il prend enfin acte que rien ne pourra se faire sans les collectivités territoriales, dont Paris, signataire du contrat de Ville Hôte, et la Région Île-de-France » écrivent-elles.
« La clef de la réussite des grands évènements sportifs internationaux, c'est la coordination entre toutes les parties prenantes, dont les collectivités sont un maillon essentiel », poursuivent les élues avant de conclure : « Pour l'organisation des Jeux comme pour le reste, l'État a tout à gagner à faire preuve de considération à l'égard des villes, des métropoles, des départements et des régions. C'est, au fond, le sens de l'esprit olympique que de savoir faire confiance aux autres et la seule manière de se présenter, aux yeux du monde entier, comme une nation solidaire et fraternelle.. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles