Conseils - L'excès de sport serait mauvais pour la libido des hommes

L'Equipe.fr
Selon une étude menée par l'Université de Caroline du Nord et relayée par le site du New York Times, sport et sexe ne feraient pas toujours bon ménage. La libido des hommes pâtirait ainsi de la pratique sportive... à condition que celle-ci soit très régulière et intensive.

Selon une étude menée par l'Université de Caroline du Nord et relayée par le site du New York Times, sport et sexe ne feraient pas toujours bon ménage. La libido des hommes pâtirait ainsi de la pratique sportive... à condition que celle-ci soit très régulière et intensive.Le sport a bien des vertus. On lui prête souvent celle de favoriser l'épanouissement personnel avec, entre autres, la vie sexuelle. Une étude réalisée par l'Université de Caroline du Nord, publiée dans la revue Medicine and Science in Sports and Exercise en février dernier et relayée par The New York Times, tend à modérer ce postulat.Sa principale conclusion ? « L'exercice intense et régulier serait associé à une faible libido chez les hommes », comme Anthony Hackney, professeur de physiologie et de nutrition qui a dirigé l'étude, l'a rapporté au New York Times.Êtes-vous surentraîné ?Un constat qui ne s'accompagne pas d'un lien de causalité scientifiquement prouvé, mais de plusieurs hypothèses. La baisse de testostérone suite à un exercice physique prolongé, ou encore l'état de fatigue engendré par l'exercice en question, pourraient expliquer ce déficit d'appétit sexuel.Le sport avec modération : tout bonus ?Les résultats de ces travaux universitaires témoignent, en revanche, d'une association entre des libidos relativement élevées et une activité physique modérée et légère.Au carrefour des deux tendances opposées qui se dégagent, le professeur Hackney suggère qu'il existe un « point de basculement potentiel », sans être pour l'instant en mesure de l'identifier.La bigorexie, quand le sport devient une addictionAinsi, cette étude confirme, plus qu'elle n'infirme, les bienfaits du sport – lorsqu'il est pratiqué raisonnablement – sur l'activité sexuelle. N'en déplaise aux plus fainéants : « je ne fais pas la moindre activité physique pour préserver mon couple » n'est toujours pas un argument recevable.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages