Contre Lens, le FC Nantes a retrouvé sa solidité défensive

Les Canaris ont renoué avec leur solidité défensive pour mettre fin à leur spirale négative et tenir Lens en échec.

La gifle ou la lumière, avait annoncé Antoine Kombouaré, et ce que l'entraîneur du FC Nantes a vu dimanche lui a fait dire que « la lumière était là, quand même » alors que le nul concédé contre Lens (0-0) suggérait plutôt un entre-deux. À défaut d'une deuxième victoire, les Canaris ont réalisé leur deuxième clean sheet de la saison au bout d'une rencontre où leur gardien Alban Lafont n'a eu que deux arrêts à faire.

lire aussi

Le film de Nantes-Lens

Il fallait entendre Andrei Girotto, Pedro Chirivella, Jean-Charles Castelletto et Nicolas Pallois insister à tour de rôle sur « la solidité retrouvée » des Nantais pour mesurer à quel point ce match sans but encaissé était primordial pour une formation qui venait d'en prendre six en deux matches (3-2 à Lorient, 3-0 face à Karabagh). « J'ai beaucoup aimé les valeurs de combat, avec une équipe qui se retrousse les manches quand il faut défendre », a souligné Kombouaré.

Le face-à-face manqué par Mohamed

Avec un peu plus de folie - et d'adresse - le FCN aurait même pu être le premier club à faire tomber Lens cette saison. Tous les Nantais - à l'exception de Castelletto à qui il a fallu rappeler l'action en question - avaient encore en tête le face-à-face manqué par Mostafa Mohamed avec Brice Samba à la 8e minute. « Peut-être le tournant du match », a estimé son entraîneur en exhortant son groupe « à ne plus se trouver d'excuses à deux balles ». Une référence au rythme infernal imposé par le calendrier. Malgré la satisfaction générale, le FCN devra en faire plus après la trêve pour montrer que ce groupe-là vaut mieux que sa 15e place. Au moins la prestation d'hier a-t-elle été considérée comme un bon point de départ.

lire aussi

Les tops-flops de Nantes-Lens : les rocs Pallois et Medina