Le contre-la-montre final du Tour de France à Rocamadour, « un chrono pour Wout van Aert », selon Philippe Louviot

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Philippe Louviot connaît par coeur le tracé du contre-la-montre final du Tour 2022. (E. Garnier/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L'ancien champion de France Philippe Louviot, spécialiste du chrono et qui réside dans le Lot, connaît par coeur les routes de la 20e étape du Tour ce samedi et fait de Wout van Aert le grand favori.

Philippe Louviot (champion de France sur route en 1990) : « Ce sont des routes que je connais très bien (il possède un restaurant à Saint-Céré, dans le Lot). Je suis surpris qu'ils passent par là car les routes sont très tortueuses dans la première partie du parcours, il n'y a pas un super bitume jusqu'à Aynac (km 10). Ensuite, ils vont virer à gauche vers le château de Saignes (km 14) : c'est là-bas que je conseille aux spectateurs de se placer, il y a un beau faux plat montant d'où l'on voit les coureurs arriver de loin. Pas de difficulté majeure à signaler ensuite, quelques longues lignes droites puis une fin de tracé plus vallonnée jusqu'à Rocamadour. Avant d'entamer la côte finale de l'Hospitalet (km 40), ils prendront une belle descente, assez technique, avec une magnifique vue sur la ville.

C'est un chrono assez difficile quand même, surtout qu'ils sont tous cassés après trois semaines. Mais pour moi, il n'y a pas photo, c'est un chrono pour Wout van Aert. Après ce qu'il a montré dans les Pyrénées, ça va être le grand favori. S'il avait fait le sprint hier (vendredi), il aurait pu gagner les trois dernières étapes du Tour, parce qu'il sera aussi favori sur les Champs-Élysées. À part la côte finale, il n'y a aucune grande difficulté, mais c'est très exigeant quand même, avec beaucoup de changements de direction. En début de Tour, j'aurais parié sur un pur rouleur comme Stefan Bissegger ou Stefan Küng, mais vu la forme que tient Van Aert, il sera au-dessus.

lire aussi
Toute l'actualité du Tour de France

Quarante bornes de chrono en fin de Tour, c'est loin d'être anecdotique, mais ça ne suffira évidemment pas à Tadej Pogacar pour renverser le Tour. Même s'il n'avait eu qu'une minute de retard, ça ne l'aurait pas fait. Jonas Vingegaard est un sacré rouleur lui aussi, il a déjà prouvé qu'il était à la hauteur de Pogacar. On ne peut pas comparer ce chrono à celui de la Planche des Belles Filles il y a deux ans : il y avait un vrai col, c'était propice à une défaillance. Là, ce n'est pas assez difficile. L'écart aurait dû être bien plus faible, une trentaine de secondes au maximum, pour que le Maillot Jaune change d'épaules à la veille de Paris. Mais c'est bien de remettre des chronos longs en fin de Tour. À mon époque, on faisait des contre-la-montre par équipes de 80 kilomètres ! »

lire aussi
Marion Rousse, de championne de cyclisme à directrice du Tour de France Femmes

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles